AccueilAccueil  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 no disguises/ingrid.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Loanne Rose

avatar

Messages : 103
Credits : @lux aeterna, @astra.
Quote : “we're running out of time, chasing our lies, everyday a small piece of you dies.”
Job : improvised bookseller, but mainly rock star (on the run).
Relationship status : stuck in her nightmares.

EVERYTHING ISN'T ENOUGH.
on/off: on.
Carnet d'adresses:

MessageSujet: no disguises/ingrid.   Sam 21 Oct - 23:18

ingrid & loanne
Open up your eyes, there is nowhere left for us to hide
Get the feeling that we've lost these ends of time
And there is no disguises.


Dernièrement, la vie avait repris son cours. Une certaine routine apaisante s'était installée. Je me rendais à la librairie, je faisais mes heures de travail presque aussi naturellement que si j'avais été destinée pour ce métier. Je déjeunais, assise dans le coin le plus calme de la bibliothèque, livre à la main, plongée dans un monde qui ne m'appartenait pas. Dieu qu'il était beau. Tout aurait été plus beau que mon monde à moi. Puis je sortais, le cœur lourd et serré de retrouver le silence de cette maisonnette que j'avais investie, pertinemment consciente que cette réalité calme et routinière serait brisée par les tourmentes de la nuit. Je marchais d'un pas vif, crispée, déjà pressée d'être au lendemain, dans cette ennuyeuse assuétude à laquelle je m'étais raccrochée. Ma nouvelle addiction, le remplacement de ce verre de gin que je me servais automatiquement chaque jour et qui ne faisait qu'être le premier d'une longue liste avant de m'évanouir sous les effluves trop fortes pour mon maigre organisme. Tandis que mes angoisses étaient en train de monter dans ma gorge et de former une boule rigide, je faisais quotidiennement un léger détour pour approvisionner mon frigo chez Bernie, où je ne chargeais mes bras que de nourriture déjà préparée - et qui avait bien souvent l'air déjà prémâchée -, mais la cuisine n'avait jamais été mon fort. Plus préoccupée par mes cordes vocales et les notes de mes instruments que par l'art de manier le fouet et la spatule. Je n'avais pas eu beaucoup plus de temps ces dernières années pour apprendre, les repas que j'avalais étant pratiquement toujours sortis de sacs de take out. En entrant dans la supérette ce jour-là, j'imaginais déjà le regard de jugement fortement accusateur du caissier, se disant sûrement que je devais avoir des troubles du comportement alimentaire pour garder la ligne en avalant de pareilles cochonneries. Cette pensée me fit sourire, j'avais un métabolisme plutôt clément, ce qui me valait toujours la jalousie de mes paires. Pourtant, je n'avais jamais été vraiment satisfaite de ma silhouette, me trouvant bien trop plate. Mais la nature humaine elle-même faisait que nous n'étions jamais heureux de ce que nous avions. Sur ces pensées, je me dirigeais très machinalement dans le premier rayon, celui des pâtisseries, et attrapais les donuts que je mangeais en lance-pierre avant d'aller travailler. Totalement imprégnée par mes gestes habituels désormais, j'en oubliais de regarder à ma gauche avant de me tourner brusquement pour continuer mon chemin dans cette routine. Armée d'un panier en fer, je percutais la silhouette qui se trouvait dans ma ligne de mire. Le regard embrumé par cet événement anormal dans ma journée, je me confondais déjà en excuses, balbutiant et paniquant d'avoir tout chamboulé. Tu ne sais pas gérer l'imprévu, tu n'es pas assez forte. Déjà les démons prenaient le dessus, me faisant perdre pied face à - je le croyais - une inconnue. Sa voix me ramena à la réalité, faisant s'évaporer les ombres noires qui commençaient déjà à prendre possession de mon regard. « Je suis sincèrement désolée, j’étais absorbée par ces merveilles », dis-je en montrant les responsables en question et feignant un rire confus, alors totalement interrompu lorsque je distinguai enfin le visage de ma victime. Pas totalement inconnue et pourtant une simple connaissance. Une connaissance de cette vie que je fuyais désormais.

_________________
if i could only shut it out.
Below my soul, I feel an engine
Collapsing as it sees the pain.


Dernière édition par Loanne Rose le Mer 25 Oct - 12:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ingrid Stasey
the lionheartwho are you? the one i'd always love above another.
avatar

Messages : 1443
Credits : © absiror, cimorelli.
Job : photographer, director, singer, dancer; artist.
Relationship status : falling for him.

EVERYTHING ISN'T ENOUGH.
on/off: on.
Carnet d'adresses:

MessageSujet: Re: no disguises/ingrid.   Mer 25 Oct - 1:54


≈ ≈ ≈
{ I just wanna feel appreciated
Am I asking to much? }
crédit/ tumblrempire.


Ingrid avait repris ses marques plus rapidement qu'elle ne l'aurait cru chez elle. Au départ, elle avait l'impression d'être complètement étrangère à cette ville, à cette vie, qu'elle avait eue il y a maintenant bien des années. Pourtant plus les journées avançaient, plus elle avait l'impression d'être au bon endroit. La blonde avait visité plus d'endroits qu'elle ne pouvait en compter au cours des dernières années et même si son désir et sa soif de découvrir et de voyager ne l'avaient pas quitté elle se sentait réellement bien ici. Elle avait eu l'occasion de vivre plusieurs aventures durant ses années d'absence et même si elles l'avaient fait beaucoup grandir, elle ne changerait rien de sa vie à présent. Ingrid était de ces personnes qui croient que rien n'arrive pour rien. Que chaque chose arrive en son temps, au moment propice. Éternelle optimiste, elle a toutefois du traverser l'enfer pour en revenir. La blonde avait pu laisser cette partie de sa vie derrière elle lorsqu'elle était revenue notamment parce qu'elle savait qu'elle ne croiserait personne avec qui elle avait partagé ce passé. Ou du moins, elle le croyait jusqu'à maintenant. Après tout, tout le monde n'avait pas l'objectif de retrouver son chemin vers une petite ville comme la sienne. L'idée de croiser quelqu'un qu'elle avait connu à cette époque ne lui avait donc pas effleuré l'esprit, mais elle allait être surprise. En effet, en se rendant ce matin au marché, elle ne pensait pas tomber sur cette grande brune qu'elle avait eu la chance de connaître au cours de certains projets. La blonde avait décidé de passer à l'épicerie, ayant promis à sa fille de lui préparer son repas préféré, et s'il fallait savoir une chose sur les Morello c'est qu'on ne manque jamais à sa parole, surtout quand on parle de cuisine. Elle sortit la petite liste que sa fille avait pris la peine de lui faire pour s'assurer qu'elle avait tous les ingrédients lorsqu'elle se heurta à quelqu'un. « Désolée. » répondit Ingrid au même moment que son interlocutrice. Elle releva le regard pour voir Loanne. Après un moment à la regarder elle secoua la tête comme pour reprendre ses esprits. « Loanne, hey! » la salua-t-elle. Si il y avait une personne qu'elle ne pensait pas croiser ici c'était bien la chanteuse. Elles avaient travaillé ensemble sur un vidéo qu'Ingrid avait dirigé et aux dernières nouvelles, elle la pensait toujours sur cette voie. Elle déduit le contraire puisque Sand Valley n'était pas exactement la ville de paillettes. « Qu'est-ce que tu fais ici? » lui demanda-t-elle avec intérêt. Elle était loin de se douter de tout ce que traversait la brune. Elles avaient toujours gardé leur relation assez professionnelle, mais cela n'empêchait pas la blonde de réellement s'intéresser à ce que la brune avait à dire. Au contraire.

_________________
{ You are peace when I'm at war,  I am safe and I'm secure }
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loanne Rose

avatar

Messages : 103
Credits : @lux aeterna, @astra.
Quote : “we're running out of time, chasing our lies, everyday a small piece of you dies.”
Job : improvised bookseller, but mainly rock star (on the run).
Relationship status : stuck in her nightmares.

EVERYTHING ISN'T ENOUGH.
on/off: on.
Carnet d'adresses:

MessageSujet: Re: no disguises/ingrid.   Ven 27 Oct - 16:54

ingrid & loanne
Open up your eyes, there is nowhere left for us to hide
Get the feeling that we've lost these ends of time
And there is no disguises.


Le problème lorsque nous laissons tout tomber d'un seul coup, que nous laissons derrière nous une vie entière et que nous nous exilons aussi loin que possible de tout ce qui a raté, de tout ce qui nous a brisé, c'est que nous ne nous attendons jamais à croiser des personnes qui nous connaissaient dans cette vie abandonnée. Et pourtant, cela finissait toujours par nous rattraper, peu importe quand, peu importe comment. Mais la claque n'en était pas plus douloureuse. Il était pour moi difficile d'avoir en face de moi des personnes qui faisaient partie de mon ancien monde. Des individus avec qui j'avais travaillé, parce que je n'étais indéniablement plus la même personne. En l'espace d'un an, j'avais changé complètement, jusqu'à ne plus être qu'une ombre se levant jour après jour, dans l'espoir de fuir la sensation d'exister. Au regard d'Ingrid, je pouvais deviner qu'elle n'avait pas vu les couvertures des tabloïds ces derniers mois. C'était à la fois un soulagement et une angoisse. J'avais tendance à préférer que les gens soient au courant - peu importe ce qu'ils en pensaient -, car au moins je n'avais ni à raconter ni à me justifier. Juste à faire comme si tout cela était derrière moi, que j'étais en paix désormais et que plus rien ne pouvait m'atteindre. Ce qui, je le pensais, était le cas actuellement. Mais Ingrid ne méritait pas mon indifférence et mon cynisme, après tout elle avait toujours été plus que correcte à mon égard, et même amicale. Nous nous étions connues lors d'un tournage de clip pour mon premier album, son talent était tel que nous avions réitéré les collaborations à plusieurs reprises. Je ne pouvais pas dire que je la connaissais réellement, en tout cas, je ne connaissais pas la personne. Visiblement. Habituée de ses méthodes de travail, je n'avais rien à savoir de plus d'elle à l'époque, ni elle de moi. C'était sûrement la première raison pour laquelle elle paraissait si étonnée de me voir devant elle, à Sand Valley.  Abasourdie, je mis quelques instants à reprendre mes esprits et à daigner ouvrir la bouche. « Ingrid ? J'ignorais que tu étais de passage par ici ! » Bien joué, captain obvious, évidemment que tu l'ignorais, tu ne connais rien de sa vie. Je me rappelai tout à coup sa question et me crispai, totalement incapable de répondre sincèrement. « Je suis.. je m'accorde quelques temps de repos dans la région, je trouve cette ville très relaxante ! » Mon drôle d'air enjoué et ma voix soudainement haut perchée - comme chaque fois que je m'enfonçais dans un mensonge - criaient au faux semblant. Je me repris rapidement, dans l'espoir d'être la menteuse la plus crédible possible. Après tout, j'avais parfaitement su le faire devant le public ces dernières années. « Mais toi, qu'est-ce que tu fais à Sand Valley ? Tu es sur un projet dans la région ? » Cela me paraissait être la seule explication possible, la coïncidence aurait été trop grosse qu'elle aussi se soit installée dans ce trou perdu.

_________________
if i could only shut it out.
Below my soul, I feel an engine
Collapsing as it sees the pain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: no disguises/ingrid.   

Revenir en haut Aller en bas
 
no disguises/ingrid.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
O R A N G E B L O S S O M F I E L D S :: III. SAND VALLEY, AZ :: temple heights :: chez bernie-
Sauter vers: