AccueilAccueil  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bonjour, suite à une grande inscription dans le groupe sunrise, sunset; nous vous demandons de prioriser break of dawn & dusk dismantled pour vos personnages. Merci. xx

Partagez | 
 

 — mind corrupted, heart complicated (harley)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Spencer Vaughn

avatar

Messages : 85
Credits : vinyles idylles, lazlo.
Quote : "we were a perfect match, but sadly matches burn"
Job : freelance photojournalist.
Relationship status : he's got a tall blonde gf, and a smoking hot ex wife.

EVERYTHING ISN'T ENOUGH.
on/off:
Carnet d'adresses:

MessageSujet: — mind corrupted, heart complicated (harley)   Mer 4 Oct - 14:24

"Who wants to sleep in the city that never wakes up?
Blinded by nostalgia"

Fairbanks, cette ville qui ne change jamais. Cet air qui est exactement le même qu'il y a trois ans, ces gens qui réagissent exactement de la même façon. Ça le fait rire, Spencer. Rire, parce que lui, il sent qu'il a changé, qu'il a grandit et que finalement, il a eu raison de partir. Sauf que le voilà de retour, à devoir organiser un enterrement pour son père, à devoir gérer une mère qui oublie lentement, mais surement qui elle est. Le blond soupire. Assis droit dans son lit d'enfance - Ryan s'est bien marrée en voyant les draps Buzz Lightyear - il contemple cette dernière, paisible et endormie, incapable de lui-même rejoindre les bras de Morphée. Sans réfléchir, il prend son téléphone et compose un numéro qu'il croyait, avec le temps, serait devenu inactif. Il aurait pu appeler le 911, bien évidemment - elle avait apparemment réalisé son rêve de carrière, Shériff de cette ville qu'il détestait tant. Harley. Ce prénom, associé à des souvenirs qui lui semblaient si lointains et pourtant; cela ne faisait que trois ans. Il se rappelle encore les larmes qui traversaient le visage de la jolie brune, lorsqu'il lui a annoncé qu'il partait - sans date de retour. Il se rappelle également du sentiment qu'il avait, au creux du ventre. Ce vide. Tu fais une putain d'erreur, Spencer, emmènes-là avec toi. Qu'il s'était répété en boucle, dans sa tête. Elle n'aurait jamais voulu, elle ne serait jamais partie. Soucieux de ne pas réveiller la blonde à ses côtés, Spencer ouvre une seconde fois son iPhone et envoie un message texte à son ex femme. "Trente minutes, même endroit ?" Harley saurait, s'il n'avait pas oublié, elle non plus. Le trentenaire s'extirpe doucement du lit, enfile rapidement un t-shirt, un jeans et sa fidèle veste en cuir. Une vibration dans sa poche lui indique que la brunette a bel et bien reçu son message et alors qu'il se retrouve sur le perron de la maison familiale Vaughn, Spencer aperçoit sa mère qui lui lance un regard complice dans la foulée; « Ne t'inquiètes pas, je ne dirai rien à ton père - Ne fais pas trop de folies avec Harley, tu sais à quel point les grossesses adolescentes sont mal vues et.. » Spencer ne la laisse pas terminer sa phrase. Il dépose un baiser contre son front, lui promet qu'il ne rentrera pas tard et son coeur se brise un peu plus. Elle ne vivait plus dans le même univers, prise douze ans dans le passé alors que son fils n'avait pas encore atteint la majorité, oubliant constamment la mort de ce mari qu'elle a tant aimé. Foutu Cancer, foutu Alzheimer. Un sentiment claustro-phobique commence à l'animer. Il ne pourrait pas repartir, une fois les funérailles terminées, il ne pourrait pas retourner à sa simple vie aux quatre coins du monde, à sa liberté tant appréciée. Il arrive au Gramercy et s'allume une cigarette. Il inspire la douce nicotine en fermant les yeux, redoutant ces retrouvailles qu'il avait pourtant, inconsciemment imaginé des centaines de fois. Il reste ainsi pendant quelques minutes, cinq tout au plus et alors qu'il jette son mégot par terre, paupières toujours fermées - il sent son parfum. Il aurait pu le reconnaître d'entre milles. Il émet un léger sourire en coin en ouvrant les yeux. « J'avais raison, les choses ne changent jamais à Fairbanks. » Il ne parlait pas d'eux, surtout pas. Eux, ensemble, ils étaient tout ce qu'il y a de plus différent. Mais elle, elle n'avait pas vieillit d'un jour, toujours aussi déstabilisante. « Harley Kepner, dans toute sa splendeur. »

_________________

"you are the fugitive, but you don't know what you're running from,"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Harley Vaughn
› i won't take the easy road.
avatar

Messages : 403
Credits : © freesia, tumblr.
Quote : she's beauty, she's grace, she'll punch you in the face.
Job : sheriff, fairbanks county.
Relationship status : single, not exactly ready to mingle.

EVERYTHING ISN'T ENOUGH.
on/off: (open).
Carnet d'adresses:

MessageSujet: Re: — mind corrupted, heart complicated (harley)   Jeu 5 Oct - 0:00

You might not understand, but I gave you the best of me,
and after you left, nothing was ever the same.
- - - - - - - ❖ - - - - - - -

Il n'avait pas fallu longtemps à Harley Vaughn pour décrypter le message reçu sur son téléphone d'un numéro inconnu. Celui de son ex-mari, en l'occurence, qu'elle avait supprimé de ses contacts sur un coup de sang, avant de réaliser qu'elle le connaissait par cœur et était incapable de se le sortir de la tête. C'était le problème, quand on passait dix ans de sa vie avec quelqu'un d'autre : on finissait par s'imprégner de détails insignifiants. Un numéro de téléphone, un parfum, un geste d'habitude, autant de petits riens dont l'absence avaient magnifié leur existence passée. Spencer venait de tout ranimer à l'aide de quelques mots, un autre de ces détails qu'elle avait été incapable d'oublier, cet endroit où ils avaient si longtemps eu leurs habitudes de couple marié mais trop jeune pour s'engouffrer dans la routine d'un vieux couple. Plutôt ironique, lorsqu'on considérait qu'il l'avait quittée précisément parce qu'ils ne supportaient pas cette vie-là. Le Gramercy, un speakeasy agréablement rétro, se trouvait non loin de chez elle, au nord de la ville. Elle y était retournée deux fois seulement après le départ de Spencer, s'imaginant capable d'y recréer la même ambiance sans sa moitié, mais force avait été de constater qu'elle n'y parvenait pas. Les musiciens ne la faisaient plus vibrer, les cocktails perdaient de leur saveur, le bagout du barman la laissait de marbre. Il n'y avait qu'avec Spencer qu'elle s'y plaisait, et que pour lui qu'elle aurait pu y retourner. La nuit était tombée depuis un moment, mais la chaleur estivale persistait, entêtante, épuisante même. Le Nevada, dans sa partie la plus septentrionale du moins, ne connaissait rien des hivers froids, ni même humides. Ici, il n'y avait que chaleur sèche et désert à des centaines de kilomètres à la ronde, à l'exception des quelques villes mirages, telles Las Vegas, ou Fairbanks. Sorties de nulle part, monstres de béton qui semblaient tout sauf à leur place. Harley traversa les quelques rues la séparant du bar, ignorant avec résolution tous les discours que son esprit jouait pour elle. Elle avait toujours été dans l'action, probablement par déformation professionnelle, et n'aimait pas planifier ses gestes, encore moins ses mots. La fumée de cigare, un rien écoeurante, emplit ses narines avant même qu'elle n'entre au Gramercy. Le speakeasy était le seul endroit de la ville où l'on tolérait de fumer à l'intérieur, sans doute pour y préserver l'authenticité de ce petit bar supposément daté de la prohibition (on apprenait en lisant les registres de l'endroit qu'il avait été créé bien des années après la fin de cette période, mais les clients n'y voyaient que du feu). Harley reconnut sans peine la silhouette nonchalante de son ex-mari, vers laquelle elle se dirigea sans le moindre geste d'hésitation. Il sentait la cigarette, un vice dont elle savait qu'il n'avait jamais pu se passer – et elle n'avait jamais cherché à l'en empêcher. Il s'agissait d'un espèce d'accord tacite entre eux, s'autorisant quelques vices en guise de compromis pour feindre le bonheur marital. Harley frissonna en l'entendant prononcer son nom de jeune femme, et une grimace étira ses lèvres. « Vaughn. J'ai gardé mon nom de femme mariée » corrigea-t-elle en plongeant son regard dans le sien, comme pour le mettre au défi d'y trouver quelque chose à redire. « Tu sais bien que la paperasse n'a jamais été mon fort. » Elle s'adossa au mur du bar, peu désireuse d'y entrer et se confronter à tous leurs souvenirs. « Mais s'il y a besoin, je peux toujours tenter de faire un effort. » Elle baissa les yeux, observa ses ongles à défaut de trouver mieux à regarder. S'il n'était pas stupide, il comprendrait l'allusion à la nouvelle elle, celle qui l'avait remplacée dans le quotidien de son ex-mari. Sans doute aurait-elle pu attendre quelques minutes de plus avant de s'enfoncer dans la question épineuse de la vie sentimentale de Spencer mais elle préférait ne pas lui donner l'occasion de croire qu'ils pouvaient faire comme si de rien n'était. Il ne méritait pas tant d'égard, et pouvait s'estimer heureux qu'elle ait daigné abandonner une soirée de repos pour le rejoindre ici. « Ce serait con qu'on te refuse la validité d'un deuxième mariage parce que le premier n'a pas été annulé » railla-t-elle, avant d'enfin se replonger dans l'observation méticuleuse de Spencer.

_________________

I was choking in the crowd, building my rain up in the cloud, falling like ashes to the ground, hoping my feelings, they would drown. But they never did, ever lived, ebbing and flowing.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Spencer Vaughn

avatar

Messages : 85
Credits : vinyles idylles, lazlo.
Quote : "we were a perfect match, but sadly matches burn"
Job : freelance photojournalist.
Relationship status : he's got a tall blonde gf, and a smoking hot ex wife.

EVERYTHING ISN'T ENOUGH.
on/off:
Carnet d'adresses:

MessageSujet: Re: — mind corrupted, heart complicated (harley)   Ven 6 Oct - 17:22

Il ne savait pas réellement pourquoi il s'était mis dans cette situation. Ce speakeasy, les souvenirs qui y étaient rattachés - parce qu'il s'en souvenait contrairement à la croyance populaire. Il n'avait rien oublié des bons moments qu'il avait passé avec Harley, n'avait rien oublié des hauts et des bas de leur relation. Elle était la personne qui devait le connaitre le plus dans ce bas monde et ce n'était pas rien. Lorsqu'il l'avait croisé dans la rue, alors qu'il était accompagné de Ryan, il s'était figé l'espace d'un instant. Confronter son passé n'avait jamais été une force, encore moins interpréter ce qu'il ressentait à cet instant précis. Il ne regrettait pas d'être parti. Jamais. Fairbanks n'était qu'une incessante roue qui rejouait le même film encore et encore. Tout restait de même et s'il n'était pas parti, s'il n'avait pas demandé le divorce; aurait-il pu être heureux ? Il en doutait, mais ne pouvait pas avoir toutes les réponses et alors que ses perspectives de retourner à l'étranger dans un futur rapproché s'amenuisaient, ce sentiment de cage se refermant sur lui était plus fort que jamais. Il pouvait entendre la musique, ce jazz sorti d'une autre époque - il n'avait jamais été fan de musique actuelle. S'il avait pu, il aurait vécu dans une autre époque. Les années cinquante, peut-être. Après ce message envoyé, Spencer doutait que son ex femme daigne lui répondre. Après tout, elle avait tout les droits de ne pas le rencontrer, il était celui qui était parti, celui qui revenait accompagné d'une sublime blonde. Conscient de sa connerie légendaire et surtout que rencontrer Harley, dans ce bar regorgeant de souvenirs du temps où ils étaient amoureux transits était une erreur. Il devrait pas, pour Ryan. Il ne devrait également pas, pour Harley. Il s'agissait d'une impulsion complètement égoïste de sa part. Il devait la voir et enfin, elle était là, devant lui. Il ne pu s'empêcher de sourire en coin, amusé par la réponse de son ex-femme. Une partie de lui était satisfaite, soulagée qu'elle ait conservé son nom à lui, l'autre, ne savait pas quoi penser. Harley Vaughn avait toujours eu ce pouvoir de le déstabiliser, il s'agissait d'une des principales raisons pour laquelle il était tombé amoureux d'elle à l'époque. Elle était différente, la brune était tout ce qu'il n'était pas et il était devenu accro, l'espace d'un instant. « Je sais. » un air amusé continuait de flotter sur son visage. Oui, il la connaissait, elle n'avait jamais été fan des paperasses et pendant longtemps, ça avait été son devoir de la distraire de ces dit papiers, à l'aide de baisers contre la clavicule ou autre méthodes peu orthodoxes. Il la connaissait sous toutes ses coutures et il n'était pas étonné que la jeune femme entre rapidement dans le vif du sujet. Spencer aurait été surpris du contraire. Il a envie de rallumer une seconde cigarette, tout sauf répondre à ce genre de question. Il baissa les yeux, l'espace d'un instant fouillant afin de retrouver ses marlboros - il n'était pas stupide, il savait ce que Harley lui demandait, mais il savait également qu'il était loin d'un second mariage. Il n'en marierait jamais une autre. « Tu peux garder le nom, Harley - il te va mieux qu'à moi de toute façon. » Il joue avec son paquet de cigarettes, mais n'en sort pas une. Son regard croise à nouveau celui de son ex-femme et l'espace d'une micro-seconde il se sent dix ans dans le passé, à Las Vegas. Il n'aurait jamais cru qu'elle dirait oui. Spencer avait toujours été d'une impulsivité légendaire, mais que Harley le suive dans ses folies - à ce moment précis, alors qu'ils conduisaient vers la ville du pêché, il compris qu'il ne pourrait pas passer sa vie avec quelqu'un d'autre. Plutôt ironique, ses rêves de jeune adultes désormais éclipsés par la dure réalité. « Pour qu'il y ait un second mariage, il aurait fallu que je ressente la même chose qu'il y a dix ans. » Il maintient son regard dans celui de son ex-femme. Ryan et lui, c'était bien différent. Libres, sans complications, peut-être même de l'amour, mais même s'il était divorcé aujourd'hui, il ne pouvait pas s'imaginer promettre sa vie à celle d'une autre pour toujours. Il ne pouvait pas le faire à la légère, alors qu'il l'avait déjà fait une première fois. « Impossible. » Il continue de fixer la jeune femme, il voulait qu'elle le sache, que si tout était terminé maintenant, que Spencer n'avait jamais pris à la légère leur relation. Il n'était pas parti parce qu'il ne l'aimait plus, il était parti parce que cette ville l'empoisonnait à petit feu. Incapable d'arrêter de l'aimer, incapable de rester. « Mais si vous désirez continuer votre interrogatoire madame l'officière, je vous en prie. Après vous. » Il ouvrit la porte du Gramercy, laissant Harley s'y engouffrer avant lui, comme un gentleman tout droit issu de la prohibition. Il se dirigea instantanément vers le bar, l'homme derrière celui-ci le reconnaissant immédiatement. Spencer lui fit un large sourire - mine de rien, il restait heureux de retrouver des visages familiers, après tout ce temps. « Un gin tonique ainsi qu'un whisky sur glace. » Il n'avait pas besoin de lui demander, et puis ça avait souvent fait rire à quel point Spencer avait une préférence notée pour les cocktails de nanas, alors que sa femme, non son ex-femme était capable de s'enfiler des whisky on the rocks. « Et toi, est ce qu'il y a un monsieur Harley à quelque part ? » Il appréhendait la réponse, sans savoir pourquoi. Après tout il avait Ryan. Il n'avait pas besoin de plus, il était bien.

_________________

"you are the fugitive, but you don't know what you're running from,"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Harley Vaughn
› i won't take the easy road.
avatar

Messages : 403
Credits : © freesia, tumblr.
Quote : she's beauty, she's grace, she'll punch you in the face.
Job : sheriff, fairbanks county.
Relationship status : single, not exactly ready to mingle.

EVERYTHING ISN'T ENOUGH.
on/off: (open).
Carnet d'adresses:

MessageSujet: Re: — mind corrupted, heart complicated (harley)   Dim 8 Oct - 10:25

Elle répondit à son trait d'humour d'un sourire malicieux. « J'en doute, si ce n'était pas pour toi je ne le porterais pas. » Mais elle s'était habituée depuis si longtemps à porter le nom de Vaughn qu'elle n'imaginait pas revenir à son nom de jeune fille. C'était probablement une petite part d'égo, qui refusait fermement ce retour aveu d'échec, de mariage n'ayant pas tenu la distance. Tout le monde savait à Fairbanks que Spencer et Harley n'étaient plus ensemble, et pourtant beaucoup de gens semblaient l'oublier, ou bien persister à les associer l'un à l'autre. Les premières fois, Harley les avait corrigés, rappelant qu'il était parti à l'autre bout du monde et avait par la même signifié son désir de la quitter de façon permanente sous la forme de papiers de divorce. Les fois suivantes, elle avait simplement abandonné. Il était plus simple de faire comme si de rien n'était et elle en trouvait un étrange réconfort. Elle ne portait plus son alliance depuis le divorce, la conservait jalousement dans un écrin pour ne pas la perdre, mais c'était au moins autant lié à sa profession qu'à sa vie personnelle. Elle se rappelait cependant son premier rencard post-Spencer, tandis qu'ils étaient encore mariés – bien que séparés – et l'alliance à son doigt avait amené des questions embarrassantes, aux réponses l'étant encore plus. Naturellement, le date s'était mal fini et elle n'avait jamais plus été recontactée par cet homme, pas plus qu'elle n'avait cherché à le faire d'ailleurs. Spencer lui répondit avec un sérieux peu caractéristique, son regard plongé dans le sien comme pour renforcer cette idée. Elle lui rendit le regard, mais haussa les épaules, dissipant tout malentendu sur la nature de leur rencontre ce soir. « Stupide, tu veux dire ? » ricana-t-elle, rendant à la situation une forme de légèreté. Leur mariage avait probablement été une erreur – bien qu'elle ne l'ait jamais regretté – mise sur le compte d'une euphorie et inconscience propres à la jeunesse. Harley avait grandi avec une notion vague du mariage, au point de le considérer comme une formalité plutôt qu'un événement, mais Spencer avait réussi à transformer cette perception, à choisir une autre option, celle d'en faire une fête sans jamais ressembler à un véritable mariage. De fait, si elle se savait mariée, elle n'avait jamais véritablement eu la sensation de l'être, responsabilités et conséquences incluses. Seule la réception des papiers indiquant en lettres capitales divorce donnait du poids à l'union qu'ils avaient scellée dix ans plus tôt. Elle haussa un sourcil, se montrant malicieuse à nouveau et faussement penaude. Etre flic était une seconde nature, mais s'il s'imaginait que ses quelques commentaires ressemblaient à un interrogatoire, il n'avait encore rien vu. Elle le suivit à l'intérieur du Gramercy, où seuls les habitués se trouvaient. Le speakeasy se remplissait davantage le weekend, mais devenait également plus commercial. En semaine, on y trouvait tout ce qui faisait le charme de l'endroit, à commencer par la musique jazz, aux notes de musique lancinantes, à la chanteuse creusant des émotions jusque dans les tripes d'Harley. C'était un endroit fascinant, qui éveillait autant de souvenirs que d'émotions. Elle laissa Spencer commander à sa place sans même prêter attention. Elle aimait l'alcool d'homme, lui l'alcool de femme, ils n'avaient de toute façon jamais été un couple très conventionnel, cet exemple n'était qu'un parmi d'autres, le plus flagrant étant leurs hobbies respectifs. Ils défiaient les codes et trouvaient ça amusant. Elle accueillit le whisky sec avec un plaisir non-dissimulé : elle n'en avait plus bu depuis l'accident de bateau et le début de l'enquête, trop obnubilée par le cas pour s'occuper d'avoir une vie sociale. Son temps libre restait entièrement concentré sur l'enquête, pour comprendre, faire la lumière sur ces éléments qui ne collaient pas. Spencer lui offrait sans même le savoir une distraction bienvenue. Elle éclata de rire à sa question. Elle avait toujours adoré chez lui son manque de subtilité totalement innocent, cette candeur faussement désinvolte mais terriblement enfantine, il ressemblait à un gosse quand il faisait ça. C'était le même genre de questions que celle qu'il lui avait posée douze ans plus tôt. Qu'est-ce qu'il faudrait pour que t'acceptes de passer du temps en ma compagnie. Encore maintenant, elle se rappelait par cœur de la formulation. A la question, toutefois, elle répondit d'un signe de tête évasif, le genre de signe voulant tout dire et ne rien dire à la fois. « Pas vraiment. » Elle songea que c'était sans doute la meilleure réponse possible. Ce pas vraiment, qui voulait dire oui et non, peut-être, peut-être pas, laissant planer le doute sur la réponse réelle. Il n'avait pas à savoir. De la même façon qu'il ne lui avait rien dit pour la blonde qu'il avait exhibée à son bras, elle ne voyait pas de raison de partager avec lui sa vie sentimentale. Ils n'en étaient pas encore là. Ce stade fatidique où ils concédaient à l'autre la défaite, l'échec total et indiscutable de leur couple. Tant qu'il serait délicat de parler d'autres relations à l'autre, cela voudrait dire qu'il y avait encore quelque chose à sauver. Pas forcément qu'elle le voulait, ou qu'elle oeuvrerait dans cette direction, simplement qu'ils n'avaient pas passé dix ans ensemble sans que ça laisse une empreinte sur leur vie. « J'ai été très prise par mon boulot, t'as sûrement entendu parler de l'accident de bateau. » Ce n'était pas un mensonge. Pas un vrai mensonge du moins : elle était obnubilée par celui-ci... ce qui n'expliquait pas les deux années précédentes, faites de célibat, de relations de courtes durées et même de coups d'un soir, ce qu'elle avait auparavant toujours refusé. On ne pouvait pas faire dans la demi-mesure avec Harley, il fallait l'aimer tout le temps, ou ne l'aimer jamais. L'aimer le temps d'une nuit ne lui suffisait pas. Ses traits se firent soudainement plus sérieux et elle observa son ex-mari avec douceur. « J'ai appris pour ton père » annonça-t-elle alors, sans aucune forme de préambule. « Je suis désolée Spence. Je savais que sa santé se dégradait parce que j'ai croisé ta mère plusieurs fois, mais je ne pensais pas qu'il partirait si tôt. »

_________________

I was choking in the crowd, building my rain up in the cloud, falling like ashes to the ground, hoping my feelings, they would drown. But they never did, ever lived, ebbing and flowing.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: — mind corrupted, heart complicated (harley)   

Revenir en haut Aller en bas
 
— mind corrupted, heart complicated (harley)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
O R A N G E B L O S S O M F I E L D S :: IV. FAIRBANKS, NV :: garden grove :: gramercy-
Sauter vers: