AccueilAccueil  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 • (sujet commun): who's the big bad wolf?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Rory Palmer
because i'm easy come, easy go, a little high, little low.
avatar

Messages : 485
Credits : © bonnie (avatar), @tumblr (gifs), lost kings (lyrics).
Quote : « be proud of every scar on your heart, each one holds a lifetime's worth of lessons. »
Job : princess on the run, volunteer at the animal shelter.
Relationship status : twisted game.

EVERYTHING ISN'T ENOUGH.
on/off: on (●●○ ; luccia, gabe)
Carnet d'adresses:

MessageSujet: • (sujet commun): who's the big bad wolf?   Sam 8 Juil - 20:11

who's the big bad wolf?

Après les nombreuses disparitions et agressions dont les habitants de Sand Valley, principalement les femmes, ont été victimes, le bureau du shérif a convoqué un bon nombre d'habitants au poste afin de désigner des suspects et obtenir quelques indices. Pendant que les forces de l'ordre interrogent les habitants un par un, le reste est convié à patienter dans la salle d'attente. Évidemment, ils ne sont pas sans surveillance, et quelques paires d'oreilles discrètes font attention aux discussions, espérant ainsi tirer plus d'informations que les interrogatoires. Une machine à café a été installée pour aider les habitants à rester éveillés, puisque cette ronde de questions risque de durer jusque tard dans la nuit...

Ce sujet commun se déroule comme d'habitude. À vous de poster quand vous le voulez avec qui vous voulez, en essayant de faire des posts relativement court (à la hauteur de votre avatar) afin que le sujet avance rapidement. La seule différence avec les sujets de d'habitude, c'est qu'il vous faut, dans votre premier post, répondre en spoiler au questionnaire ci-dessous. Soyez également attentifs à tout revirement de situation de la part de l'équipe administrative.


Code:
[spoiler][size=11][b]- Connaissiez-vous Laura Fletcher ?[/b]
[i]- Répondre ici.[/i]

[b]- Que faisiez-vous le soir de son enlèvement ?[/b]
[i]- Répondre ici.[/i]

[b]- Avez-vous vu ou entendu quelque chose de suspect ce soir-là ?[/b]
[i]- Répondre ici.[/i]

[b]- Avez-vous été victime d'une agression ou connaissez-vous quelqu'un qui l'a été ?[/b]
[i]- Répondre ici.[/i]

[b]- Suspectez-vous l'un de vos voisins ?[/b]
[i]- Répondre ici.[/i]

[b]- Avez-vous des suggestions pour rétablir la paix à Sand Valley ?[/b]
[i]- Répondre ici.[/i][/size][/spoiler]

_________________
Said we shouldn't talk but now we're talkin' said we shouldn't touch but now we're touchin' said we wouldn't who we fooling? probably shouldn't.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erin Moriarty

avatar

Messages : 20
Credits : @romiebaby.
Quote : « she is competing with the sun for the center of the universe. »
Job : working @moriarty's ranch.
Relationship status : open tonight.

EVERYTHING ISN'T ENOUGH.
on/off: ON.
Carnet d'adresses:

MessageSujet: Re: • (sujet commun): who's the big bad wolf?   Mar 11 Juil - 10:05


« Toi on n'aurait pas pu t'kidnapper, tu hurles tellement fort qu'on croirait à un cochon en train de se faire étrangler. » crut bon de blâmer son frère, avant de repartir avec le pick-up familiale, délaissant Erin dans un lourd nuage de poussière noire. La brune maugréa longuement sur le parvis du poste de police, avant d'entrer dans le bâtiment. Pour sûr, selon elle, elle n'avait rien à voir dans cette histoire. Néanmoins, elle s'en était bel et bien prit au shérif, lui hurlant son incompétence légendaire, ajoutant à cela que même sa grand-mère s'en sortirait mieux que lui, avant de préciser qu'elle se débrouillerait seule pour trouver des preuves. Oh, elle en était persuadée, Erin Moriarty allait passer un sale quart d'heure. Alors qu'on lui indiqua la salle où se trouvait déjà d'autres suspects, la brune commença à négocier, expliquant qu'elle n'était pas là pour ça. L'officier lui empoigna sympathiquement le bras, obligeant la jeune femme à pénétrer dans une pièce où elle ne se sentait pas à l'aise du tout. Boudeuse, Erin s'installa sur la première chaise trouvée et officia la salle d'un premier regard perturbé. « Y'a pas de bagels, c'est ça hein ? Enfoirés ils ont tout gardé pour eux ! » baragouina-t-elle à l'attention de son voisin de droite. La jeune femme croisa les bras, la mine plus boudeuse que jamais. Le soucis principal d'Erin était son stress. Dans ces moments là, soit elle avalait tout ce qui passait, soit elle noyait ses interlocuteurs sous un raz de marée de paroles pas franchement intéressante. Et intérieurement, elle le savait, son interrogatoire serait catastrophique à souhait. « Franchement, tu trouves ça normal toi ? Ils choisissent leur suspect n'importe comment ! J'suis sûr qu'il traîne encore là dehors, pas loin, et il nous emmerde nous alors qu'on a jamais rien fait ! Bande d'enf......arinés ! » lança-t-elle avant de corriger son langage sur le tard, alors qu'un officier de police l'observait depuis deux bonnes minutes, l'air dubitatif. Erin fit ce qu'elle savait le mieux : afficher un énorme sourire, se dandiner sur sa chaise et battre des cils comme une biche écervelée. Ce qui, à priori, ne réussit pas à convaincre l'agent, qui détourna le regard ailleurs en secouant la tête. « Des enfoirés, vraiment ! » corrigea-t-elle finalement, à voix basse, toujours à l'attention de son voisin qui devait se ficher royalement de son avis.



Spoiler:
 

_________________

○ we get down every friday night, dancing and grinding in the pale moonlight, feeling alright
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Robbie Reynolds
want an axe to break the ice.
avatar

Messages : 133
Credits : (c) kidd, bertihelena.
Quote : “ because he was curious about its internal contradictions. ”
Job : gestionnaire de capitaux.

EVERYTHING ISN'T ENOUGH.
on/off: (2/3)
Carnet d'adresses:

MessageSujet: Re: • (sujet commun): who's the big bad wolf?   Mar 11 Juil - 11:16

Laura Fletcher a disparu, comme environ mille nanas sur la planète par jour, et il est censé en avoir quelque chose à foutre ? C’est ça, le problème des villages paumés : chacun se sent concerné par ce qui ne le concerne absolument pas. Robbie vient d’effectuer un aller-retour Boston-Sand Valley, et il suffit de bien le regarder pour comprendre qu’il est à bout d’énergie. Impossible de rentrer paisiblement dans sa chambre d’hôtel : tous les habitants du bled sont emmenés au poste, où Sergent Garcia les attend pour un interrogatoire dont le timing semble équivaloir à l’infini. Ou une bonne dizaine d’existences avec cycle de réincarnations. Il a bien tenté de faire croire qu’il n’était qu’un touriste allemand – mais une cliente l’a reconnu, a trouvé son imitation tordante et ça a foiré. Gris, c’est le mot, Robbie patiente de mauvaise grâce dans la salle d’attente bondée du commissariat. On est au dix-huitième siècle. Certaines personnes sentent mauvais. On lui propose un siège, qu’il dénigre d’un air mi-blasé, mi-hautain, avant de le regretter quelques secondes plus tard quand une brune incendiaire fait son apparition et s’écroule dessus. Comme certaines de ces nanas magnifiques au physique simplement parfait, elle semble imaginer qu’elle possède également l’immunité intellectuelle, dont celle de se metttre à beugler chacune des pensées qui lui traversent la tête. Elle part peut-être du postulat que ça peut intéresser l’assemblée – erreur. Elle tourne soudain ses grands yeux bleus vers lui, entrouvre une énième fois sa bouche charnue, pour qu’en jaillisse un flot de remontrances et d’insultes dont il n’a pas la moindre idée d’à qui exactement elles sont adressées. Faut-il préciser qu’il s’en contrefout ? S’abstenant de répondre, il choisit d’opter pour la solution d’économie consistant à profiter de ce qu’elle s’adresse à lui pour la regarder. Tellement jolie, avec ses mèches brunes sauvages entourant son visage poupon. Elle se tait brutalement lorsqu’un policier fait son apparition dans son champ de vision, tandis qu’un sourire angélique se dessine sur ses lèvres roses. Le haussement de sourcil du policier veut tout dire : il lui pardonne, comme le reste de la gent masculine, son insolence voire sa stupidité, parce qu’elle est tout simplement merveilleuse à regarder. Robbie lève les yeux au ciel et manque un sursaut quand la brune lui aboie de nouveau dessus, traitant d’enfoirés des humains qui l’ont, peut-être, sans doute, mérité (à dire vrai, il n'en sait rien). Haussant un sourcil, il décide de parer à toute éventuelle discussion incompréhensible et se penche sur elle. — Ne fais surtout pas l’erreur de penser que quoi que ce soit de tout ça m’intéresse, d’accord ? Il demande, aimable et honnête. Franchement aucun intérêt. Plus vite ces absurdités seront expédiées, et plus vite il sera dehors, prêt à retrouver son lit king size, songe-t-il en attrapant le questionnaire et le stylo que son voisin de droite lui tend. La brune n’acceptera jamais de remplir ça sans hurler à tout va une bonne dizaine de fois, c’est certain…

Spoiler:
 

_________________

BUSINESS EXPENSES
i now realized there was an entire industry, called consumer finance, that basically existed to rip people off. (michael lewis)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luccia Gabrieli
such a waste of a young heart.
avatar

Messages : 292
Credits : money honey ● tumblr.
Quote : « her beauty is a venom, her body is a wonderland »
Job : jobless (heir of gabrielis hotels).
Relationship status : single.

EVERYTHING ISN'T ENOUGH.
on/off: (on).
Carnet d'adresses:

MessageSujet: Re: • (sujet commun): who's the big bad wolf?   Mar 11 Juil - 12:45

Luccia est prostrée dans un coin dans la pièce. Bien loin de la folie qui la caractérise en temps normal. L'italienne semble même éteinte. Vidée de toute émotion. Elle n'a pas bougé depuis son arrivée ici. Un énième interrogatoire. Le même regard pressant des inspecteurs qui essayent de lui faire cracher des indices. La moindre petite remarque qui pourrait les aider à démasquer le coupable. De ce dernier, Luccia n'a aucun souvenir. C'est le trou noir. Autant que la nuit pourtant étoilée qui lui rappelle de sales souvenirs. Elle rentrait chez sa sœur avant de sentir des pas oppressants. Peu froussarde, l'italienne n'avait pourtant pu s'empêcher de se retourner une fois, puis deux et trois. C'est là qu'elle a compris que ça allait déraper.  Que ce mec avec une capuche sur la tête qui la suivait – semblait vraiment bizarre. Elle n'a pas vu son visage. Elle n'a même pas entendu le son de sa voix. Pas dans ses souvenirs effacés par ce coup violent sur la tête. Un coup qui a laissé des traces physiques mais surtout psychologiques. Elle s'est retrouvée dans un petit hangar abandonné de Sand-Valley. C'est le shérif de la ville et des collègues à lui qui ont réussi à remettre la main sur la jeune femme. Celle-ci ne sait pas comment. Elle s'est réveillée à l'hôpital. Complètement paniquée. Le coeur en alerte. L'impression que tout son corps était endormi par une douleur lancinante. Il y avait Odetta à ses côtés qui lui tenait la main. Elle a soufflé des paroles rassurantes. Mais ça n'a pas suffit. Depuis, Luccia fait comme si de rien n'était. Elle vit dans le déni total de son enlèvement. Le déni total de tout ce qu'elle a vécu à cause de ce malade. Elle n'en parle pas. Sa sœur tente d'en apprendre plus – en vain. Idem pour les inspecteurs. Ainsi, elle n'ose plus sortir de la maison – comme prisonnière de ses craintes. Luccia parle rarement quand ça va pas. Et ça continue. Alors même si sa sœur n'est pas loin, elle fulmine. D'attendre. De sentir cette oppression autour d'elle. Autour de ce qu'elle a vécu. De voir des regards curieux se poser sur sa silhouette. Elle lâche un soupire en entendant une brunette non loin de là qui parle sans se soucier des autres. Luccia l'observe quelques secondes avant de se relever pour se présenter face à un homme en uniforme. « J'peux me tirer maintenant ? » demande-t-elle d'un ton las. « Je suis ici depuis des heures. Je vous ai dis tout ce qu'il y avait à dire, alors foutez-moi la paix » Pourtant l'officier n'est pas prêt à capituler et l'invite à regagner sa place. Il prend quand même la peine de lui tendre une tasse de thé. Comme si une tasse de thé allait tout effacer. Avec toute son insolence, elle laisse tomber le liquide chaud sur les godasses abimées du flic et repart s'assoir. « Pauvre con » qu'elle marmonne à voix basse alors que sa tête cogne nerveusement contre le mur. Son regard s'égard sur la brune et un homme à ses côtés. Elle les observe en espérant ne pas assister à un mauvais numéro de drague. Pas ici. Pas maintenant.

Spoiler:
 

_________________
x x it's flush (in the face desire), i wanna trade in the old for new. i've been looking for a new emotion.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abigail Jenkins

avatar

Messages : 57
Credits : hershelves.

EVERYTHING ISN'T ENOUGH.
on/off:
Carnet d'adresses:

MessageSujet: Re: • (sujet commun): who's the big bad wolf?   Mer 12 Juil - 19:45

Abigail ne comprenait pas pourquoi elle était présente avec les autres. Elle avait déjà dit à la police ce qu’elle savait ou le peu qu’elle savait. Elle pensait qu’elle aurait le droit de rentrer chez elle, mais apparemment ce n’était pas le cas. Elle n’en revenait pas qu’on traite des possibles victimes presque comme des suspects. La police de Sand Valley devait réellement revoir ses méthodes. Cependant, elle prenait aussi ce moment comme une opportunité. Elle allait pouvoir glaner des informations et écrire un article dont tout le monde se souviendrait. Elle ne pouvait pas laisser ces évènements sans suite. Il malade sévissait dans la ville, les femmes étaient en danger. Puisque la police ne faisait pas mieux que d’interroger les habitants et de les malmener elle devait agir. Elle fut d’ailleurs témoin d’une scène étonnante. L’une des jeunes femmes commençaient réellement à perdre son calme face à un policier qui en faisait des tonnes. Elle n’aurait pas été étonné qu’il cherche à faire du zèle. Abigail avait cru comprendre que Luccia avait été l’une des victimes et elle ne pouvait s’empêcher de se sentir désolée pour elle de la façon dont le policier agissait. Cet idiot ne comprenait pas qu’il était en train de lui faire inutilement revivre quelque chose dont elle n’était pas prête à parler. Elle se faisait violence pour ne pas intervenir et lui faire fermer sa grande bouche. Luccia la pris de court en allant s’asseoir. Certes, la jeune femme était journaliste, mais elle était aussi une « victime ». Pas au sens de Luccia puisqu’elle n’avait pas été enlevé, mais elle avait bien failli l’être. Elle avait eu de la chance de réussir à s’enfuir. Elle ne pouvait s’empêcher de se demander ce qui se serait passé sinon. Luccia était certes une réponse à ses questions, mais elle se refusait à la brusquer. Abigail pensait que c’était son rôle de dire la vérité puisque les policiers faisaient comme toujours leur travail de la mauvaise façon. En effet, au lieu d’aider les victimes ils se conduisaient comme des idiots. Elle n’allait pas rester assise pendant bien longtemps. Elle profita d’ailleurs d’une place qui se libérait à côté de Luccia pour aller la voir. Voyant la façon dont la jeune femme la dévisageait elle allait devoir trouver les bonnes paroles afin de pouvoir lui parler. Elle n’avait pas envie de se faire agresser par une jeune femme en colère. Elle comprenait tout à fait ce qu’elle pouvait ressentir. « Je sais que la dernière chose dont vous avez envie, c’est de parler de ce qui s’est passé et croyez-moi je comprends. Mais je voulais m’assurer que vous alliez bien. » Lui confia Abigail. Elle savait qu’elle risquait de se faire envoyer gentiment sur les roses, mais peu importe. Elle n’avait pas envie de rester les bras croisés. Elle ignorait d’ailleurs si la jeune femme était au courant pour son agression, après tout son nom était ressorti récemment. « J’ai assisté à la scène et il a vraiment dépassé les bornes. » Rajouta la jeune femme. Elle n’essayait pas de se la mettre dans la poche, mais de dialoguer. Elle pensait qu’elle pouvait l’aider d’une certaine façon.

Spoiler:
 

_________________

We can breathe, and be in the same world. You live in me and it still hurts but I won't cry anymore. You return to them and I return to you. Again, my friend, there's nothing I can do 'cause I can't live without you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luccia Gabrieli
such a waste of a young heart.
avatar

Messages : 292
Credits : money honey ● tumblr.
Quote : « her beauty is a venom, her body is a wonderland »
Job : jobless (heir of gabrielis hotels).
Relationship status : single.

EVERYTHING ISN'T ENOUGH.
on/off: (on).
Carnet d'adresses:

MessageSujet: Re: • (sujet commun): who's the big bad wolf?   Jeu 13 Juil - 17:58

Si Luccia étouffe dans cette pièce, la raison est simple : Elle ne veut pas se souvenir. Depuis son enlèvement, elle fait mine de rien. L'italienne se plaît à jouer la comédie. Faire comme si tout allait bien. Faire comme si semblait normal. Sa sœur a beau essayer de l'aider, de l'amener à parler pour se libérer d'un poids certain, elle ne dit rien. Son père a voulu lui parler une centaine de fois – se heurtant à un mur à plusieurs reprises. Elle ne veut pas se confier. Encore moins au patriarche avec qui les relations dernièrement sont plus que tendues. La demoiselle préfère se taire (pour une fois) au profit de silences qui semblent emmerder la police locale. Assise, elle tapote nerveusement du pied en attendant la délivrance. Pouvoir quitter cet endroit. Arrêter d'être le centre des attentions concernant cette histoire d'enlèvement. Luccia n'a rien à dire. Elle ne veut se souvenir de rien. La demoiselle a beau essayer, rien ne vient. Quand ses paupières se scellent, c'est quelques bribes qui arrivent. Cette ruelle. La noirceur de la nuit. Le souffle rapide et saccadé de son bourreau. La douleur au réveil. L'incompréhension. La peur. Des sentiments à peine exprimés. Parce qu'oublier c'est plus simple. Parce qu'oublier ça reviendrait à éviter de souffrir. De vraiment réaliser ce qui s'est passé pour la brunette. Elle attend. Elle attend un signe. Un moyen de pouvoir se tirer de cet endroit. De pouvoir dire stop tant qu'il est encore temps. D'arriver à s'extirper de cette situation. Mais très vite, une blonde entame la discussion. Elle l'écoute quelques secondes avant de lâcher un rire cynique. Luccia ne voit même pas pourquoi cette femme lui adresse la parole. Encore moins comment elle pourrait réellement comprendre sa situation. « J'ai l'air d'aller bien ? » Demande-t-elle d'un ton un brin amer. La brune observe son interlocutrice en haussant les épaules. La colère est encore plus présente. Elle passe une main dans sa chevelure en lançant un regard noir au flic posté dans un coin qui l'observe comme une bête en cage. Tout ça devient ridicule. On se croiserait dans un mauvais film policier tourné au royaume des ploucs. Elle savait. Luccia savait que jamais elle n'aurait dû se pointer ici. Que cette bourgade finirait par lui attirer des ennuis. Lasse, Luccia détourne son regard vers la blonde. « Et ne me dites pas que vous comprenez, vous aussi vous avez été enlevée ? Vous aussi on ne fait que vous harceler pour obtenir des réponses ? » Elle ne pense pas que ce soit le cas. En tout cas elle n'a pas l'air plus traumatisée que ça. Les mains de Luccia se posent sur ses hanches. Elle y opère une pression démesurée – sans faire attention à la douleur que ça cause. Luccia est en train de voir ses nerfs lâcher progressivement.  « Je suis entrain d'étouffer au milieu de tous ces gens alors à moins d'avoir la possibilité de me faire sortir d'ici, je doute que vous puissiez m'être d'une grande aide » Traduction : Ce n'est pas la peine de vous attarder à mes côtés si vous ne pouvez pas m'aider.

_________________
x x it's flush (in the face desire), i wanna trade in the old for new. i've been looking for a new emotion.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Angela Lyadova
it's growing faster than you've grown and now you're stronger than yourself.
avatar

Messages : 184
Credits : © isleys (avatar), @tumblr (gifs), cmc$ (lyrics).
Quote : « i think there are pieces of yourself that you will always guard. »
Job : private investigator.
Relationship status : dreading her feelings.

EVERYTHING ISN'T ENOUGH.
on/off: on (●○○ ; reese, marie - tc)
Carnet d'adresses:

MessageSujet: Re: • (sujet commun): who's the big bad wolf?   Jeu 13 Juil - 20:13

Lorsqu'Angela a reçu la convocation au poste de police, elle a d'abord cru à une mauvaise blague de la part d'un de ses voisins. Sand Valley est une petite ville tranquille où tout le monde se connaît et fait sembler de s'apprécier, mais il doit bien y avoir quelques éléments perturbateurs pour troubler cette paix hypocrite, comme partout. Mais après avoir flâné dans les rues de cette petite bourgade, elle a compris que non, ce n'était pas une blague, et qu'elle était bien attendue au bureau du shérif pour répondre à quelques questions. Angela a tout de suite su que c'était une mauvaise idée, pour plusieurs raisons. Premièrement, rassembler les gens au même endroit donne une fausse impression de sécurité. Parce que la ville compte quand même des centaines d'habitants, il est impossible de convoquer tout le monde au même moment. Alors pendant que la police récolte des informations inutiles de la part de ceux qui ne savent rien sur cette affaire, ceux qui sont restés tranquillement chez eux ce soir-là ne sont pas à l'abri d'un nouvel incident aux mains de celui ou celle qui fait trembler la ville. Mobiliser les forces de l'ordre pour enchaîner les interrogatoires est une erreur de débutant, mais soit. Et deuxièmement, Angela ne comprend pas pourquoi elle est convoquée au même titre que les autres. La première disparition est arrivée bien avant qu'elle n'atterrisse aux Etats-Unis, on pourrait donc penser que ça la laverait de tout soupçon mais visiblement non. Assise sur sa chaise dans la salle d'attente, la russe se montre impatiente. Les bras croisés contre sa poitrine, son pied tape rapidement par terre tandis que son regard, lui, observe les personnes qui l'entourent. Si elle ne s'est jamais fatiguée à construire des relations sociales, elle met toujours un point d'honneur à savoir à qui elle a à faire. Quand enfin son tour arrive, Angela se lève et suit l'agent dans la pièce adjacente. Elle est d'habitude celle qui pose les questions, et cette position ne lui plaît pas du tout. Mais bien vite, après les questions basiques que ces flics enchaînent, la conversation prend une autre tournure plus surprenante. En quelques minutes seulement, ils lui font comprendre que sa présence ici n'a rien d'un soupçon mais d'une demande d'aide. Grâce à son métier, ils se sont mis en tête qu'elle serait un bon élément pour l'enquête. Angela leur fait rapidement comprendre que ça ne l'intéresse pas, mais ils insistent, lui demandant d'y réfléchir avant de prendre sa décision finale. Alors elle rejoint la salle d'attente, d'abord mécontente, avant de se dire qu'elle ferait mieux de s'y mettre maintenant pour en être débarrassée au plus vite. Puisqu'elle n'a pas le droit de partir avant que tout le monde ait passé son tour, elle s'approche de la machine à café, remplit deux tasses, et se dirige vers la personne qui lui semble moins à l'aise que les autres. « Buvez un peu, ça vous fera du bien. La nuit risque d'être longue s'ils continuent à ce rythme. » Elle offre un sourire qu'elle ne pense pas et s'installe sur la chaise libre à côté. Elle ne sait pas encore si elle compte accepter leur offre, après tout elle n'est pas venue à Sand Valley pour bosser et surtout pas sur une affaire qui ne la concerne ni de près ni de loin, mais quitte à être coincée ici pendant encore des heures, autant s'occuper comme elle sait le faire. « Vous savez, j'ai déjà été interrogée. Je peux vous dire à peu près ce qu'ils demandent, pour vous préparer. Ça vous détendra sûrement. » Et parce qu'Angela est un bon juge de caractère, elle n'aura aucun problème à discerner le vrai du faux lors de ce petit interrogatoire improvisé.

Spoiler:
 

_________________
Every day when the night falls and it's just you and me feelin' like you're made of stone and I ain't got an iron key can we vibe with the lights off? Tell me what do you see feelin' like you're made of stone.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zach Kincaid

avatar

Messages : 16
Credits : honeymoon, dominicsherwodd@tumblr.
Quote : "once, i saw a bee drown in honey, and then i understood."
Job : blue eagle's new owner.
Relationship status : engaged ?

EVERYTHING ISN'T ENOUGH.
on/off: on.
Carnet d'adresses:

MessageSujet: Re: • (sujet commun): who's the big bad wolf?   Jeu 13 Juil - 23:20

Il tape, il tape, il tape encore du pieds. Sans arrêt, depuis une bonne quarantaine de minutes. L'impatience se fait ressentir dans sa posture, son regard, sa respiration, il aimerait être partout. Ailleurs, surtout. La dernière fois qu'il avait été interrogé par la police, les choses ne s'étaient pas particulièrement bien passées pour son frère et si les forces de l'ordre regardaient trop profondément dans son passé, ils y verraient des irrégularités. Il n'avait pas du tout l'envie de se faire déporter dans la semaine qui suivrait, après tout il possédait un bar populaire et commençait finalement à se sentir à la maison. Pas moyen qu'il parte, non. Le trentenaire regarde l'horloge au loin, joue avec son portable, sans toutefois l'ouvrir.  - Des enfoirés, vraiment ! Il reconnait la voix, celle d'Erin. Le jeune homme tourne légèrement la tête vers une autre, visiblement une héritière, il avait après tout été conditionné pour les reconnaitre. - J'peux me tirer maintenant ? Moi je le ferais sans hésitations, qu'il pense. Zach ne change toutefois pas de position, absorbé par les conversations des gens.  - La nuit risque d'être longue s'ils continuent à ce rythme. Et ça en est trop pour Zach. Il ne se sentait pas du tout concerné par les événements qui se produisaient devant lui, et n'avait pas du tout l'idée de terminer sa soirée ainsi. En se levant brusquement, il attira l'attention des policiers, alors qu'il commençait à imiter le sifflement d'un poumon. Rapidement hors d'haleine - comme il l'avait fait tant de fois, s'il n'était pas exubérant, il était un brillant acteur - et se dirigea rapidement vers la sortie, en toussant. Un premier agent tenta de lui barrer la route et c'est avec un regard sanguin que Zach répliqua; - Ça vous dit d'avoir ma mort sur la conscience ? .. Je.. dois prendre l'air. Et sans plus, il pousse les portes qui le mènent vers l'extérieur. On croira à une attaque d'asthme, on croira ce qu'on veut en fait. Une fois la fraicheur de l'air extérieure arrivée dans ses poumons, il reprit une respiration normale. Un léger rire quitte ses lèvres, il ne comptait pas y retourner, mais il se doutait qu'il n'aurait pas le choix. En attendant, il s'allume une cigarette, inspirant la nicotine avec satisfaction. Il aura au moins eu une pause de ces exubérants commérages.

Spoiler:
 

_________________


x x home is such a lonely place.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abigail Jenkins

avatar

Messages : 57
Credits : hershelves.

EVERYTHING ISN'T ENOUGH.
on/off:
Carnet d'adresses:

MessageSujet: Re: • (sujet commun): who's the big bad wolf?   Lun 17 Juil - 14:18

La jeune femme ne s’attendait pas à ce que Luccia l’accueille à bras ouverts cependant, elle ne pensait pas mériter un tel traitement. Si elle n’avait pas été victime d’agression elle l’aurait surement envoyé sur les roses. Elle devait être patiente avec elle et tenter de gagner la confiance de la jeune femme. Apparemment, elle pensait avoir un statut privilégié& en tant que victime que personne d’autre ne pourrait comprendre. Elle ne se doutait pas que la seule personne qui pourrait la comprendre se trouvait devant elle. Abigail allait devoir donner de sa personne si elle voulait que Luccia commence à l’écouter et même si elle n’avait pas envie d’évoquer sa tentative d’agression. Elle était d’habitude d’un naturel réservé quant à sa propre vie et expérience. « A vrai dire, j’ai été agressé par la même personne qui vous a enlevé. J’ai par chance ou réflexe réussi à lui échapper alors même si je n’ai pas subi le même traumatisme, je peux imaginer et vous comprendre. » Lui répondit Abigail avec un sourire gêné. Elle voyait la surprise dans les yeux de son interlocutrice. Elle devait se sentir bête d’avoir présumé que ce n’était pas le cas. Néanmoins, elle refusait de se victimiser et elle tentait de mettre de la distance avec ce qu’elle avait vécu. Elle avait vécu pire et elle pensait que ce n’était qu’un obstacle de plus. Pourtant, elle avait décidé de faire de cette affaire sa priorité pour les femmes victimes. En tant que journaliste, elle se devait se dénoncer la lenteur du système et leurs erreurs. Elle refusait que d’autres femmes soient en danger. « Pour sortir, je ne peux vous aider, mais pour faire entendre votre voix je le peux. Il est inadmissible d’être traité de la sorte par la police, de les regarder faire du surplace quand d’autres femmes sont susceptibles de devenir des victimes. Je compte leur mettre le nez dans leur connerie et j’aurais peut-être besoin de votre aide. » Lui expliqua la jeune femme. Elle sentait qu’elle avait l’intérêt de Luccia. Elle commençait à l’écoute. Elle devait donc se montrer persuasive et intéressante. Mais elle n’en doutait pas puisque sa cause était juste. « Vous êtes une survivante et je ne vous demande pas de me raconter votre histoire, votre vécu ça serait déplacé, mais vous avez vécu un épisode traumatisant et pourtant, on vous traite comme un suspect de plus. Vous pourriez vous servir de votre expérience pour dénoncer ce monstre ! » Rajouta Abigail. Elle ignorait ce que son interlocutrice pensait. Elle était dans la retenue alors c’était quitte ou double. Elle finit par lui demander : « Qu’en pensez-vous ? » Elle savait qu’elle avait été loin dans ses paroles, mais elle était sincère et ça pouvait se voir. Elle voulait changer les choses, faire une différence et elle pensait qu’elle avait besoin de Luccia. A ses yeux, Luccia pouvait passer de victime à maîtresse de la situation.

_________________

We can breathe, and be in the same world. You live in me and it still hurts but I won't cry anymore. You return to them and I return to you. Again, my friend, there's nothing I can do 'cause I can't live without you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luccia Gabrieli
such a waste of a young heart.
avatar

Messages : 292
Credits : money honey ● tumblr.
Quote : « her beauty is a venom, her body is a wonderland »
Job : jobless (heir of gabrielis hotels).
Relationship status : single.

EVERYTHING ISN'T ENOUGH.
on/off: (on).
Carnet d'adresses:

MessageSujet: Re: • (sujet commun): who's the big bad wolf?   Jeu 20 Juil - 17:24

Peut-être que Luccia y est allée fort. Elle en est même convaincue. Mais en ce moment, plus qu'à l'accoutumée, l'italienne n'arrive pas à se retenir. Elle n'est qu'un amas de colère. De peur. D'angoisse. Elle a beau prôner le contraire – son attitude n'y échappe pas. La preuve en est avec l'inconnue à ses côtés. Mais ici, la demoiselle étouffe. Elle a la sensation que tout se renferme sur sa fine silhouette. Elle a l'impression d'être traitée comme une bête de foire. Comme la pauvre idiote rescapée qui se doit de répondre à mille et une questions afin d'aider les enquêteurs à coincer ce taré. Mais au fond, Luccia n'a qu'une envie : se retrouver loin de tout ça. Elle voudrait faire ses valises et regagner son pays natal. Effacer ces mois ici. Recommencer à vivre sa vie d'avant. Pourtant tout ça semble impossible. Alors elle écoute par dépit la blonde. Et ses traits prennent un autre visage quand elle avoue avoir été agressée aussi. Silencieuse, elle ne dit rien. Elle se contente d'entendre le discours de l'inconnue. Celle-ci semble comprendre un peu tout ce qui se trame chez l'italienne. Elle l'observe avec attention et ne sourcille pas. À vrai dire, Luccia ne voit pas trop où la demoiselle veut en venir. Elle n'a pas envie de s'éterniser ici. Ni même de se servir de son histoire pour quoique ce soit.  Sa seule envie est d'oublier. De stopper cette mécanique lancée depuis qu'elle a été retrouvée. Elle voudrait que le temps s'arrête et que la peur quitte son être. « Ecoutez...Je suis désolée de ce que vous avez vécu. Je ne m'en doutais pas et j'y suis allée un peu fort » concède-t-elle. Un effort presque surhumain pour la brune qui ne s'excuse que rarement. Cette dernière hausse les épaules et se retourne vers son interlocutrice. Elle observe quelques secondes les autres personnes présentes sans s'attarder sur ces dernières. Elle n'est pas ici pour se faire des amis. Encore moins pour prêter attention à ce qui se trame dans la pièce. Après un léger silence, la brune se retourne vers la blonde et se rapproche un peu d'elle. « Je ne sais pas ce que vous imaginez faire pour tout ça mais la vérité est que je n'ai pas envie de faire remonter les souvenirs. J'ai peur. Je suis terrifiée à l'idée que ce malade revienne. Et regardez-moi les bras cassés de policiers présents ici...ce n'est pas eux qui arriveront à le trouver » Oui Luccia veut oublier. Les souvenirs qui remontent. La peur qui la consume à chaque fois qu'elle quitte la maison de sa sœur. Ce besoin de se retourner à chaque pas de peur de retomber sur son agresseur. Le regard baissé. La mine attristée. Luccia semble pour la première fois de sa vie totalement dépassée. Elle sent son cœur se serrer et observe à nouveau la blonde. « Vous croyez vraiment qu'en dénonçant tout ça les choses vont avancer ? » demande-t-elle discrètement en se rapprochant de son oreille. Elle n'a pas envie que les autres écoutent cette discussion. Encore moins qu'ils en profitent pour l'utiliser contre l'italienne. Elle a bien assez de problème comme ça. Elle n'a nul besoin de s'en rajouter.

_________________
x x it's flush (in the face desire), i wanna trade in the old for new. i've been looking for a new emotion.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: • (sujet commun): who's the big bad wolf?   

Revenir en haut Aller en bas
 

• (sujet commun): who's the big bad wolf?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
O R A N G E B L O S S O M F I E L D S :: III. SAND VALLEY, AZ :: charleston district :: sand valley sheriff department-