AccueilAccueil  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 sometimes there's just no explaining it / abigail

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Rose Jensen

avatar

Messages : 351
Credits : © granger, ww horses.
Job : chef and foodie.
Relationship status : stuck in between memories of her.

EVERYTHING ISN'T ENOUGH.
on/off: on.
Carnet d'adresses:

MessageSujet: sometimes there's just no explaining it / abigail   Jeu 1 Juin - 18:28


≈ ≈ ≈
{ But you could've let me know
You'd be moving on before our love is gone}
crédit/ tumblrcimorelli.

Rose avait décidé de commencer à sortir davantage de chez elle. Ce n’était pas quelque chose qui lui venait naturellement ces derniers temps, elle aurait préféré de loi rester enfermée chez elle et regarder sa collection de films plutôt que de devoir faire comme si de rien était et fonctionner comme tout le monde dans cette ville. Elle n’avait réellement pas envie de faire d’effort pour donner quelconque impression et donc c’était assez surprenant de la retrouver à se promener dans la rue aujourd’hui. Une partie d’elle espérait aussi qu’à rester assez longtemps chez elle, sa femme finirait par redisparaître de sa ville et ainsi la laisserait tranquille de faire comme bon lui semblait. Elle lui avait dit qu’elle restait encore quelque temps, Rose ne comprenait d’ailleurs pas pourquoi, elle n’avait visiblement pas envie de se retrouver ici, elle aurait pu repartir pour Phoenix. La brune n’avait pas cherché à savoir pourquoi Abi voulait rester, car ce n’était visiblement pas pour leur redonner une seconde chance. La belle ne savait pas quoi en penser, elle n’avait d’ailleurs tout simplement pas envie d’y penser, c’est pourquoi les papiers qui leur officialiserait un divorce étaient restés exactement là ou Abigail les avait laissés. Rose avait préféré ne pas y penser et les laisser en suspens. Ce n’était pas comme si la vie d’Abigail en dépendait, à moins qu’elle soit à ce point impatiente de la sortir de sa vie. Encore une fois, Rose préférait ne pas s’y attarder. Elle avait d’autres choses prioritaires qui occupaient déjà assez son esprit pour en rajouter avec sa blonde. La belle avait décidé de sortir prendre l’air, même si la chaleur de l’été commençait à se faire ressentir devenant de plus en plus suffocant au passage ce qui n’aidait pas à se sentir bien. Mais c’était mieux de sortir une heure que pas du tout, c’était déjà un progrès. À ce point, elle ne savait pas ce qui pourrait l’aider, mais elle devait au moins essayer quelque chose. Rose n’avait aucune idée de la bonne chose à faire pour mettre toutes les chances de son côté, mais elle savait une chose, elle n’avait pas envie de dépendre de personne. De toute manière, la vie lui avait bien prouvé qu’elle serait toujours mieux à compter seulement sur elle-même. Elle n’aurait pas su dire comment elle se sentait, à travers la colère, la tristesse, la rancune et les hormones qui jouaient avec le reste de son corps et ses humeurs. Toutefois, elle savait une chose, en ce moment elle avait extrêmement envie de chocolat. Un peu de sucre ne pourrait pas lui faire de mal, du moins c’était ce qu’elle se répétait depuis qu’elle avait quitté la maison. Elle entra dans la petite chocolaterie, plus occupée qu’elle ne l’aurait pensée à cette heure. Elle regarda les choix, n’ayant aucune idée de quoi prendre, elle avait beau être chef c’était habituellement Abigail qui se chargeait de tout ce qui entrait dans leur garde manger. C’est alors que la brune entendit un rire qui lui était bien trop familier ainsi qu’une brune qui lui tenait compagnie. Rose eut l’impression que son coeur allait exploser, lorsque son regard croisa celui de la blonde. Elle aurait aimé pouvoir obliger son corps de bouger, mais à ce moment la seule chose qu’elle pu faire fut de baisser les yeux. Elle fut sortie de ses pensées lorsque le serveur lui demanda sa commande. « Umh, peu importe, du chocolat au lait s’il vous plaît. » répondit Rose, c’était la seule chose qu’ils avaient chez elles et ce n’était même pas sa commande, mais celle d’Abi. Elle ne savait pas ce qui lui plaisait, mais ça n’avait pas vraiment d’importance.

_________________

- tame the wild nights and all the demons I was hiding in my silence -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abigail Jenkins

avatar

Messages : 51
Credits : Cate

EVERYTHING ISN'T ENOUGH.
on/off:
Carnet d'adresses:

MessageSujet: Re: sometimes there's just no explaining it / abigail   Mar 13 Juin - 18:34


≈ ≈ ≈
{ When all is done, there is nothing to say
You have gone and so effortlessly}
crédit/ tumblrJames Arthur.

Aujourd’hui, Abigail avait accepté d’aller boire un café avec sa collègue qui était venue la voir. En effet, elle était venue « uniquement » pour le travail afin de voir quelques détails concernant sa prochaine enquête. Elle savait bien que c’était une excuse pour la voir, mais la jeune femme n’y faisait pas forcément attention. Peu importe l’attention que lui portait sa collègue elle ne se sentait pas prête à penser à quelque chose d’amoureux. Abigail était encore échaudée par son futur divorce et elle était à des années-lumière de tout ceci, mais dans le fond ce n’était pas désagréable d’avoir susciter de l’intérêt. Abigail s’habilla de façon élégante puisqu’elle y allait pour un rendez-vous professionnel. De plus, elle n’avait pas pour habitude de se mettre négligée. Elle aimait prendre soin d’elle sans pour autant en faire trop. Elle s’était contentée d’un joli chemisier blanc, d’un pantalon noir. Pour la coiffure, elle avait décidé de laisser lâcher ses cheveux. La température n’était pas assez hausse pour qu’elle ait besoin de les attacher. Une fois prête, elle se mit en route du café. Quelques minutes plus tard, elle arriva. La jeune femme était déjà à l’intérieure à table. Elle semblait avoir commandé pour deux. Elle était toujours très prévenante. Abigail rentra donc dans le café avec un sourire aux lèvres quand soudain, elle se rendit compte de la présence de Rose dans le café. Elle l’avait bien vu entrer et l’expression sur son visage n’avait rien de positif. Elle ne devait pas être ravie de la voir dans ce café aujourd’hui ou un autre jour. La jeune femme trouvait ceci gênant. Elle ne savait pas pourquoi parce qu’elle ne faisait rien de mal. Elle était ici avec une collègue venant lui rendre visite pour le travail rien de plus.  Cependant, elle était au courant des rumeurs qui couraient sur elles et elle n’avait rien fait pour les arrêter. Sûrement parce qu’elle n’avait pas envie qu’on pense à elle comme à une femme au cœur brisé. Maintenant elle se demandait si Rose avait eu vent de ses rumeurs. Abigail ne savait pas forcément quoi faire. En effet, lors de sa dernière conversation avec Rose les choses n’avaient pas été faciles et elle avait lâché la bombe du divorce. Elle n’avait toujours pas reçu les papiers du divorce signé alors elle se demandait si c’était une bonne idée d’aller la saluer. De toute façon, elle n’avait plus rien à lui dire en théorie. Elle voulait le divorce, elle le savait. Pourtant, elle pensait toujours à elle-même si tout ceci était très difficile à vivre. Abigail ne savait donc pas du tout quoi faire. Lorsque sa collègue alla s’éclipser pour téléphoner à son chef, elle fut confrontée à son dilemme. Elle pouvait rester assise à sa table ou aller la saluer. Elle se mordilla la lèvre en se rendant compte qu’elle allait définitivement aller au feu en allant la voir, c’était sûrement une erreur. Elle le savait, mais elle ne pouvait pas s’en empêcher. « Hey.. » Lâcha Abigail avec un sourire en coin. Elle se rendit compte de son erreur lorsqu’elle se retrouvait devant elle et son visage assez fermé. Elle avait l’impression d’être la reine des idiotes. Elle aurait voulu pouvoir se cacher dans un trou et ne plus jamais ressortir. Elle se retracta donc en lui disant : « Désolée je ne devrais pas être là, c’était stupide de ma part. Je voulais juste savoir comment tu allais.. » Il n’y avait que Rose pour la mettre mal à l’aise. En effet, elle était d’un naturel confiant. « Je vais te laisser profiter de ton café. » Rajouta la jeune femme avant de souffler et d’aller pour s’en aller. Elle ne voulait pas s’imposer plus que nécessaire dans la vie de Rose. Elle n’avait pas envie de retourner le couteau dans la plaie.

_________________

We can breathe, and be in the same world. You live in me and it still hurts but I won't cry anymore. You return to them and I return to you. Again, my friend, there's nothing I can do 'cause I can't live without you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

sometimes there's just no explaining it / abigail

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
O R A N G E B L O S S O M F I E L D S :: SAND VALLEY, AZ :: encino park :: since 1689-