AccueilAccueil  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Lifestyle of the rich - w/Olli

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Pablo Dillon

avatar

Messages : 125
Credits : av©hathaways / sign©mine
Quote : « Fuck me badly once, shame on you. Fuck me badly twice, shame on me »
Job : real estate developer
Relationship status : single

EVERYTHING ISN'T ENOUGH.
on/off: on (olli)
Carnet d'adresses:

MessageSujet: Lifestyle of the rich - w/Olli    Ven 17 Fév - 11:47

 
×××
Lifestyles of the rich and the famous, they're always complainin',
Always complainin', if money is such a problem

| ©tumblr & mine, gifs;good charlotte, lyrics

Olli est maintenant officiellement son assistante et il aime l’idée de l’avoir à ses côtés tous les jours. Si elle ne répond plus à ses désirs sexuels, elle répond à tous ses autres désirs en un claquement de doigt et cela est plutôt jouissif pour le promoteur. Il lui avait donné rendez-vous au country club dans le but de lui montrer un aperçu de la vie d’une personne riche. Elle avait peut être pu observer certains de ses clients, leur manière de se comporter mais on ne sait vraiment ce qu’est la vie d’une personne aisée que lorsqu’on la vit. Pablo voulait que pendant l’espace de quelques heures, la jeune Olli se glisse dans la peau d’une personne fortunée. Il aurait sûrement pu charger Marcus de faire ce travail mais il avait à cœur de passer un peu de temps avec son assistante. Pour une raison qui le déconcertait, cette jeune femme exerçait une certaine emprise sur lui. Elle le troublait bien plus qu’il ne voulait le laisser paraître. C’est au volant de sa voiture de collection décapotable qu’il se rendit à l’hôtel pour aller chercher sa nouvelle assistante. Il lui avait indiqué l’heure. Le portoricain est quelqu’un de très à cheval sur les horaires et ses employés sont bien placés pour le savoir. Téléphone portable en main, il indique à Olli qu’il est en bas de l’hôtel. Il ne prend pas la peine de descendre de sa voiture, trop occupé à lire ses mails en attendant la venue de la brunette. Toutefois, il jette des coups d’œil incessants à la porte d’entrée de l’établissement, il n’a pas toute la journée devant lui. Quelques secondes plus tard, Olli arrive dans une robe de haute couture qui lui va à ravir. Elle est à la fois classe et sexy tout en étant décontractée. Ce style de vêtement la change complètement, Pabo est surpris, à tel point qu’il ne peut s’empêcher de regarder par dessus ses lunettes pour s’assurer qu’il s’agit bien de la jeune femme. « Je vois que Marcus t’as emmené faire les boutiques » déclare-t-il tandis qu’Olli prend place du côté passager. Bien évidemment qu’il était au courant puisque c’était lui qui avait payé pour sa nouvelle garde de robe. Quelques minutes plus tard, ils arrivent au country club. Pablo n’a pas besoin d’attendre longtemps avant qu’un employé ne lui saute dessus. Tout le monde sait qui il est. Tout le monde sait que cet endroit lui appartient et qu’il peut faire la pluie et le beau temps selon son envie. Pourtant, malgré sa réputation d’homme d’affaire intransigeant avec ses employés, il est loin d’être comme on le décrit. Ils arrivent près de la piscine. Il propose à Olli de s’installer sur le transat à côté de lui. Il enlève sa veste et retrousse son pantalon avant de prendre place de manière tout à fait décontractée sur la chaise longue. Ce n’est pas dans son habitude de profiter de la vie en s’installant allongé sur une chaise à ne rien faire mais il veut montrer à Olli ce qu’elle devra vendre aux futurs clients riches qui débarqueront à Sand Valley cet été. Un serveur arrive à côté d’eux. « Mettez tout ce que demandera cette jeune femme sur mon compte » indiqua-t-il à l’employé en ne daignant pas le regarder. « Prend tout ce qu’il te fait plaisir, aujourd’hui je veux que tu te places du côté du client.» dit-il à Olli en se redressant. « Tout ça et le reste de mes structures c’est ce que tu vas devoir vendre aux futurs touristes de cet été. Je veux que tu leur vende du rêve, que tu les convaincs que Sand Valley est la destination à la mode de cet été » finit-il par dire sur le ton professionnel qui ne le quittait que rarement.

_________________

- Baby, I'm preying on you tonight, hunt you down eat you alive, just like animals, animals, like animals-mals.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olli Zvonecek
You said memories become stories when we forget them.
avatar

Messages : 96
Credits : av/Freesia
Quote : "just like the wind i've always been"
Job : call girl.
Relationship status : can't fall in love

EVERYTHING ISN'T ENOUGH.
on/off: on. 1/3 [pablo]
Carnet d'adresses:

MessageSujet: Re: Lifestyle of the rich - w/Olli    Dim 2 Avr - 19:59


- - - - - - - ❖ - - - - - - -
“Pretty hurts, shine the light on whatever's worse perfection is a disease of a nation, pretty hurts, pretty hurts trying to fix something but you can't fix what you can't see it's the soul that needs the surgery put your make-up on get your nails done curl your hair run the extra mile keep it slim so they like you, do they like you?”

Son changement de position est agréable, tout comme ce qui s'y rapporte. Terminé les appels en fin de journée pour rejoindre Pablo dans son bureau pour l'aider à se détendre. Terminé les tenues provocantes. Terminé les mains baladeuses sur son corps frêle. De l'assurance elle en avait déjà, avant. Mais maintenant, elle semble n'en avoir que davantage et elle aime ça. Elle sait que son poste n'a rien d'extrêmement gratifiant, qu'elle ne fait rien d'exceptionnel, et pourtant. Pourtant elle se dévoue à ce qu'elle fait. Quand elle l'entend sonner, elle attrape son téléphone et au même instant, elle entend frapper. Elle termine de lire le message de Pablo quand elle ouvre la porte, c'est Marcus, qui se trouve derrière et elle ne peut s'empêcher de froncer les sourcils en le voyant là. « Un texto et toi, je pense que c'est un petit peu trop pour me prévenir qu'il est l'heure », qu'elle lui lance en haussant un sourcil. En guise de réponse, elle a le droit à un haussement d'épaule, signe qu'il n'y est pour rien et qu'il ne fait qu'obéir aux ordres donnés. Elle pousse un soupir, peu préparée à cet entretien, dont elle ignore la raison. Elle se sent anxieuse, pour une raison inconnue et à cet instant, elle est heureuse d'être encore dans sa suite, pour ne pas donner le plaisir à Pablo de voir l'effet qu'il peut avoir sur sa personne. Elle inspire une nouvelle fois, prête, se regardant une nouvelle fois dans le miroir, replaçant une mèche de cheveux rebelles derrière son oreille. Et sans attendre davantage, elle attrape son sac à main et suit Marcus qui l'a conduit avec son professionnalisme habituel jusqu'au hall de l’hôtel. Ses talons raisonnant, il lui faut un petit peu de temps avant de comprendre que son accompagnant c'est arrêté, et quand elle le fait, elle ne peut que lui lancer un regard interrogateur. Puisqu'elle était persuadée, que comme à son habitude, il viendrait avec eux. Mais apparemment, elle avait tord. « Il t'attend à l'extérieur, »que fini par lui dire Marcus, en lui montrant le chemin. C'est donc là que s'arrête son chemin.. qu'elle ne peut s'empêcher de penser, de nouveau intriguée quand à la raison de cette rencontre.  Elle échange un regard avec Marcus, le temps de quelques secondes. Quelques secondes, c'est ce dont elle a besoin pour retrouver son piquant. Pour rassembler ses esprits. Pour être prête à l'affronter, lui. Elle inspire une nouvelle fois, avant de faire lui tourner le dos, empruntant le chemin indiqué, faisant claquer ses talons sur le sol brillant. Elle le sait, Pablo vit dans le luxe et pourtant, une partie d'elle se sent intimidée à cet instant, mais elle se sent soulagée d'avoir eu le temps de faire du shopping, grâce à la carte illimitée de son généreux donateur. La robe qu'elle porte à l'instant, dont le coût est indécent, est loin, si loin de ce qu'elle a eu l'habitude de porter tout au long de sa vie. Si elle pourrait avoir un air classique à cause de sa longueur qui lui arrive au genou, la fente se trouvant à l'arrière, lui donne du cachet, rend la tenue bien plus appréciable pour les yeux. La rend plus sexy. Avec élégance, elle se glisse sur le siège passager de la luxueuse voiture de Pablo, comme si elle avait fait cela toute sa vie. « Je vois que Marcus t’as emmené faire les boutiques. » Observateur, elle aurait dû se douter qu'il ferait forcément une remarque sur sa tenue, bien loin de celle dans laquelle il l'a connu il y a quelques années. Pour l'intriguer davantage, elle croise les jambes, rendant sa position presque aguichante, alors qu'elle tourne son visage vers lui, un sourire malicieux dessiné sur les lèvres. « J'imagine que je devrais vous remercier pour votre carte, elle a été bien utile, »qu'elle lui glisse, laissant à son imagination le soin d'imaginer les différents achats qu'elle a bien pu effectuer.
La suite du trajet, aussi court soit-il, se fait en silence. Puis, sans qu'elle ne s'y attende, il s'arrête, au country club. Endroit chic et pompeux, dans lequel elle aurait pu faire tache, si elle était venue habillée autrement. Elle descend quand on lui ouvre sa portière, et elle suit Pablo quand il s'engouffre à l'intérieur du complexe. Ils arrivent, rapidement à la piscine et il invite la jeune femme à s'asseoir sur une chaise longue, tandis qu'il prend place dans celle d'à côté. « Si j'avais su où nous allions, j'aurais certainement pris un maillot de bain, » qu'elle annonce, alors qu'intérieurement, elle est bien heureuse de ne pas avoir à se déshabiller devant Pablo. « Mettez tout ce que demandera cette jeune femme sur mon compte (...) Prend tout ce qu’il te fait plaisir, aujourd’hui je veux que tu te places du côté du client.» Il a réussit à piquer sa curiosité, et d'un furtif regard, elle balaie l'endroit. « Tout ça et le reste de mes structures c’est ce que tu vas devoir vendre aux futurs touristes de cet été. Je veux que tu leur vende du rêve, que tu les convaincs que Sand Valley est la destination à la mode de cet été » Elle sourit, en se tournant une nouvelle fois vers lui. « Vous ne vous en êtes jamais rendu compte alors? » qu'elle le questionne, pour l'intriguer. « Pour les personnes en ayant les moyens, le prix pour avoir le loisir de venir ici suffit à les convaincre. Ils ne s'intéressent qu'à dépenser leur argent... et pour les personnes plus modestes, leur faire miroiter qu'ils peuvent se mêler à des personnes fortunées flatte leur ego, et ils ne réfléchissent plus... » qu'elle lance, se détendant lentement, fermant les yeux un instant pour se permettre de profiter du soleil s'infiltrant sur sa peau. « Convaincre les touristes ne sera pas difficile, ne soyez pas si stressé... Et puis, pour les plus résistants, lâcher votre nom sera synonyme de qualité et les feront craquer.. » qu'elle ajoute, comme si cela était la chose la plus évidente du monde. Puis elle ouvre de nouveau les yeux, et se tourne vers lui. « Vous devriez clairement profiter de votre journée, n'est-ce pas pour cela que nous sommes ici? » qu'elle rajoute, avant de poursuivre. « Bien que je m'interroge sur les raisons de ma présence... Si je ne vous connaissais pas, je pourrais presque prétendre que ma compagnie vous manque, mais cela ne peut pas être ça, n'est-ce pas ? »

_________________

----------------------------
You're the feel, I don't care cause I've never been so high follow me to the dark
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pablo Dillon

avatar

Messages : 125
Credits : av©hathaways / sign©mine
Quote : « Fuck me badly once, shame on you. Fuck me badly twice, shame on me »
Job : real estate developer
Relationship status : single

EVERYTHING ISN'T ENOUGH.
on/off: on (olli)
Carnet d'adresses:

MessageSujet: Re: Lifestyle of the rich - w/Olli    Jeu 6 Avr - 12:13

« J'imagine que je devrais vous remercier pour votre carte, elle a été bien utile, » déclara Olli. Pablo resta concentré sur son volant, il ne voulait rien laisser paraître, il savait que cette petite phrase piquante était faite pour le provoquer et il détestait et adorait ça à la fois. Sa nouvelle assistante était magnifique, il était bien loin de se douter lorsqu’il l’avait attrapé à son hôtel à new york qu’elle pouvait avoir autant de classe avec des vêtements décents. « Si j'avais su où nous allions, j'aurais certainement pris un maillot de bain, » fit-elle remarquer. Cela aurait bien plus au promoteur d’admirer ses courbes mais il faisait peut être un peu trop froid pour se découvrir en cette fin de mois de mars. Il ne voulait pas la rendre malade, il avait besoin d’elle et rapidement. Il ne pu s’empêcher de l’imaginer en bikini, cette image réveilla ses ardeurs et ses souvenirs ou elle lui rendait visite à sa demande dans son bureau. « Vous ne vous en êtes jamais rendu compte alors? » le questionne-t-elle. Il détourne alors le regard dans sa direction curieux de savoir ce qu’elle allait lui dire. « Pour les personnes en ayant les moyens, le prix pour avoir le loisir de venir ici suffit à les convaincre. Ils ne s'intéressent qu'à dépenser leur argent... et pour les personnes plus modestes, leur faire miroiter qu'ils peuvent se mêler à des personnes fortunées flatte leur ego, et ils ne réfléchissent plus... » sa réflexion était valable mais ça, le promoteur le savait déjà. Il appréciait cependant l’intelligence de la jeune femme. Encore une fois, elle l’étonnait. Au delà de leurs corps, il appréciait les femmes intelligentes, qui n’étaient pas là juste pour faire la potiche comme c’était le cas de la plupart de ses conquêtes. Olli lui plaisait de plus en plus. « Convaincre les touristes ne sera pas difficile, ne soyez pas si stressé... Et puis, pour les plus résistants, lâcher votre nom sera synonyme de qualité et les feront craquer.. » un rire étouffé. Tout n’est pas si simple dans le monde des affaires pense-t-il. Il apprécie toutefois que la jeune femme mentionne son patronyme comme un gage de qualité. Un début de sourire fait son apparition à la commissure de ses lèvres, ce qui est très rare chez le portoricain. « Même si j’apprécie le compliment, tout n’est pas si simple … Tu as raison, les gens riches vont là ou vont leurs semblables mais encore faut-il qu’ils aient pris connaissance de l’endroit. Sand Valley est une ville paumée au cœur de l’Arizona, qu’est ce qui ferait que ces gens viennent ici plutôt que dans les hamptons ? C’est sur ça que je veux que tu travailles. » lui dit-il tel un véritable patron. Elle est charmante et il sait que rien qu’une rencontre avec elle convaincrait certains clients. Elle représente ses infrastructures, Pablo sait que si certains de ses clients se mettent dans la tête qu’ils ne croiseront que des jolies filles comme Olli, cela suffira à les faire venir jusque ici. « Vous devriez clairement profiter de votre journée, n'est-ce pas pour cela que nous sommes ici? » Pablo fait non de la tête, « profiter d’une journée » n’est clairement pas dans son vocabulaire. C’est accro du boulot, des chiffres sur son compte en banque. Il a du mal à poser ses fesses sur un transat alors qu’il a un business à faire tourner. « Nous ne sommes pas ici pour profiter mais pour travailler » lui dit-elle afin de la remettre quelque peu à sa place. On ne rigole pas avec le travail pour Pablo et il ne voudrait pas qu’Olli se relâche avec ce nouveau poste. « Bien que je m'interroge sur les raisons de ma présence... Si je ne vous connaissais pas, je pourrais presque prétendre que ma compagnie vous manque, mais cela ne peut pas être ça, n'est-ce pas ? » renchérit-elle. Il la regarde du coin de l’œil, impassible. Si aujourd’hui est un prétexte pour passer du temps avec elle, il ne veut pas qu’elle le pense. « Tu es ici pour apprendre, en tant qu’assistante, tu vas devoir contacter beaucoup de monde pour faire venir les touristes cet été » lui rappelle-t-il. « La seule chose qui pourrait me manquer, c’est ceci » dit-il en désignant la bouche de la jeune femme pour lui rappeler que ce n’est pas elle mais ce qu’elle lui faisait qui lui manque. Rien que de repenser aux compétences de la jeune femme, Pablo ressent l’excitation. « Mais nous avons déjà négocié cette partie de ton travail, pas la peine de revenir dessus j’imagine ? » lui demande-t-il. Il ne veut pas qu’elle se mette trop en confiance avec lui et rien de mieux que de la ramener à son ancien job pour la faire redescendre.

_________________

- Baby, I'm preying on you tonight, hunt you down eat you alive, just like animals, animals, like animals-mals.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olli Zvonecek
You said memories become stories when we forget them.
avatar

Messages : 96
Credits : av/Freesia
Quote : "just like the wind i've always been"
Job : call girl.
Relationship status : can't fall in love

EVERYTHING ISN'T ENOUGH.
on/off: on. 1/3 [pablo]
Carnet d'adresses:

MessageSujet: Re: Lifestyle of the rich - w/Olli    Jeu 6 Avr - 22:19

Elle parle avec aisance, avec une certaine facilité, oubliant ce temps où prononcer un mot dans cette langue inconnue était difficile. Elle a pris, rapidement. Elle s'est construite, seule. Et peu importe par où elle a pu passer, elle tire une certaine fierté de cette réussite. Car rare sont les fois où l'on peut devenir ses origines. Impossible pour certaines personnes de deviner que quelques années plus tôt, elle parlait une langue qui leur est étrangère et ne comprenait ni ne parlait la leur. Et pourtant, maintenant qu'elle a appris, plus rien ne semble l'arrêter. Rien n'a jamais pu le faire. Et maintenant qu'elle a compris le maniement des mots, qu'elle a appris ce qui comptait pour réussir, rien ne pourra certainement jamais le faire. Et là, elles les énoncent, les unes après les autres, ces vérités qui lui sautent aux yeux. Car si elle n'a jamais roulé sur l'or, elle a côtoyé ceux qui le font. Et ça aussi elle l apprit. Oui elle a appris que l'appât des belles choses est plus important que leur qualité, que dépenser fait partie de leur quotidien, cela devient aussi nécessaire que respirer. Et peu importe dans quoi ils investissent, du moment qu'ils peuvent se vanter. « Même si j’apprécie le compliment, tout n’est pas si simple … Tu as raison, les gens riches vont là ou vont leurs semblables mais encore faut-il qu’ils aient pris connaissance de l’endroit. Sand Valley est une ville paumée au cœur de l’Arizona, qu’est ce qui ferait que ces gens viennent ici plutôt que dans les hamptons ? C’est sur ça que je veux que tu travailles. » Elle réfléchit, un instant sur cette vérité qu'elle avait oublié de prendre en compte. Il est vrai que Sand Valley, n'est pas New York, loin de là. C'est une ville, plus modeste, plus discrète, et c'est là qu'elle comprend. « La discrétion... » qu'elle lâche, un sourire aux lèvres. La majorité des personnes qu'elle a fréquentée dans le passé, dans son métier précédent, étaient loin d'être des personnes disponibles. Mariés ou accompagnés, ils ne cherchaient qu'à pouvoir mettre sur pause leur quotidien trop réglé, trop parfait. « Il est difficile dans une grande ville comme New York, de réussir à.. s'évader de son quotidien sans qu'il n'y ait des rumeurs. Ici, au milieu de nul part, certaines personnes pourraient apprécier de profiter du confort de leur position sans que leur excès ne soient rapporté à leur compagne. », qu'elle lance, en hochant les épaules. « Et puis, je suppose que l'attrait de la nouveauté peut être un point positif à exploiter. Les Hamptons, ils connaissent, mais ici, c'est nouveau, c'est la possibilité de vivre quelque chose d'autre. » Et alors, elle tente une percée, derrière ces murs construits par l'homme d'affaires. Mais cela semble bien plus difficile qu'elle ne l'aurait pensé de prime abord. « Nous ne sommes pas ici pour profiter mais pour travailler » En guise de réponse, elle hausse les épaules, profitant une nouvelle fois du cadre qui s'offre à elle. Avec une telle infrastructure, elle en est convaincue, elle arrivera à vendre cet endroit à n'importe qui. « Cela ne vous arrive donc jamais de vous détendre une journée entière, n'est-ce pas ? » Qu'elle lui demande, soudainement curieuse. Sans se cacher, elle le dévisage longuement. Elle a passé un nombre incalculable d'heure en sa compagnie et elle pourrait presque dire qu'elle le connaît depuis longtemps. Et pourtant, pourtant, elle a l'impression de ne rien savoir de sa personne. Elle ne connaît que ce caractère particulier. Mais sa vie entière, n'est qu'un énorme point d'interrogation pour la jeune femme. « Tu es ici pour apprendre, en tant qu’assistante, tu vas devoir contacter beaucoup de monde pour faire venir les touristes cet été » Elle acquiesce, silencieuse, face à cette remarque. « Bien, dans ce cas, de votre point de vue, pourquoi venir ici et pas dans les Hamptons? » Il veut travailler, il veut qu'elle soit capable de vendre cet endroit à toutes ces personnes fortunées. Alors, elle doit se montrer curieuse et en apprendre davantage sur cet endroit. De tous les endroits où il pouvait s'implanter, Pablo a choisi cette ville, cela ne peut pas être un choix dû au hasard. De plus, il est lui même à la tête d'une fortune importante, il est donc le profil type du genre de personnes qu'ils souhaitent séduire. « La seule chose qui pourrait me manquer, c’est ceci » , qu'il lui dit en désignant sa bouche, sur laquelle, elle ne peut s'empêcher de faire s'étirer un sourire, comme pour le provoquer un petit peu plus. « Mais nous avons déjà négocié cette partie de ton travail, pas la peine de revenir dessus j’imagine ? » Elle hausse un sourire joueur en le regardant. Bien sûr, cette partie-là est gagnée pour la jeune femme qui a réussi à se retirer de cette relation physique avec Pablo. Elle n'a plus à répondre à ses besoins, à n'importe quelle heure. Et pourtant, ce serait mentir que de lui dire que cette relation charnelle ne lui manque pas, parfois. Elle était parfois considérée comme un objet et pourtant, ils leur arrivaient de partager un instant, aussi court soit-il où il y avait ce quelque chose d'autre, indescriptible. Mais impossible pour elle de faire marche arrière et pire encore, impossible pour elle de lui faire penser qu'elle pourrait ressombrer. « Me feriez-vous croire que vous n'avez pas trouver de personnes compétentes pour vos... besoins? », qu'elle ajoute d'un air innocent.

_________________

----------------------------
You're the feel, I don't care cause I've never been so high follow me to the dark
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pablo Dillon

avatar

Messages : 125
Credits : av©hathaways / sign©mine
Quote : « Fuck me badly once, shame on you. Fuck me badly twice, shame on me »
Job : real estate developer
Relationship status : single

EVERYTHING ISN'T ENOUGH.
on/off: on (olli)
Carnet d'adresses:

MessageSujet: Re: Lifestyle of the rich - w/Olli    Dim 30 Avr - 14:57

« La discrétion... » lâche-t-elle. Cette phrase l'interpelle, il n'y avait jamais vraiment pensé au fait que Sand Valley était une ville au milieu de nulle part mais que parfois cela avait du bon. « Il est difficile dans une grande ville comme New York, de réussir à.. s'évader de son quotidien sans qu'il n'y ait des rumeurs. Ici, au milieu de nul part, certaines personnes pourraient apprécier de profiter du confort de leur position sans que leur excès ne soient rapporté à leur compagne. » Elle est douée pensa Pablo, bien plus qu'il ne l'avait imaginé, si au début seul son physique et sa détermination lui avaient donné envie de l'avoir comme assistance il découvrait au fur et à mesure l'intelligence de la jeune femme insoupçonnée pour le porto-ricain. Il avait toujours mis les femmes qui vendent leur corps dans la classe des « filles stupides » qui n'ont trouvé que ça pour se faire un peu d'argent mais Olli démontrait le contraire. Il ne connaissait pas grand chose de sa vie mais à cet instant il avait envie d'en apprendre plus. « Et puis, je suppose que l'attrait de la nouveauté peut être un point positif à exploiter. Les Hamptons, ils connaissent, mais ici, c'est nouveau, c'est la possibilité de vivre quelque chose d'autre. » ajoute-t-elle. Certes la nouveauté pouvait jouer mais ce qui plaisait aux gens riches c'était justement de retrouver une petite routine « estivale », un endroit qui les conforterait dans leur position. Ici au milieu de nulle part tout était à refaire pour eux. La seule clientèle qui pourrait apprécier l'endroit selon Pablo serait les nouveaux riches. « Bien, dans ce cas, de votre point de vue, pourquoi venir ici et pas dans les Hamptons? » demande-t-elle à son tour. Un petit sourire apparaît sur le visage de Pablo, comment cette jeune femme fait-elle pour toujours renverser la situation ? Une attitude qui ne laisserait pas faire si ce n'était pas Olli qui était en face d'elle. « C'est à toi de travailler là-dessus je te rappelle » lui dit-il pour qu'elle n'oublie pas que c'est son boulot. « Mais je pense que tu as raison, la nouveauté est quelque chose à mettre en avant, ce que nous voulons ce n'est pas attirer ces vieux riches des hamptons qui ont déjà fondé leur royaume sur la côte est. Ce que je veux c'est m'attaquer aux nouveaux riches soit parce qu'ils ont touché le pactole récemment, soit parce qu'ils veulent se défaire de papa et maman. Ils viendront ici parce qu'ils voudront montrer qu'ils sont les rois, une façon d'exposer sa fortune et de se placer en haut de l'échelle. » explique-t-il. C'était un fait, les gens riches aiment montrer qu'ils ont de l'argent mais ce qu'ils aiment encore plus c'est montrer qu'ils sont les plus fortunés. « Me feriez-vous croire que vous n'avez pas trouver de personnes compétentes pour vos... besoins? » dit-elle avec cet air innocent qu'elle employait pour faire comme si de rien n'était. « Il n'y avait personne avant toi et il n'y aura personne après toi. Je voulais seulement garder un œil sur toi après t'avoir trouvé dans mon hôtel, histoire de m'assurer que tu ne recommencerai pas. » dit-il sans laisser paraître une seule émotion sur son visage. Les call-girl très peu pour lui, ce n'était pas pour rien qu'il était intransigeant dans ses complexes sur le fait qu'il ne voulait pas en voir traîner dans ses chambres. Lorsqu'il avait trouvé Olli, elle ne représentait rien à ses yeux au départ, il avait vu en elle une façon de s'amuser puisque après tout selon lui ces femmes ne servaient qu'à ça. Toutefois, sa nouvelle assistante commençait à lui donner une autre image de son ancienne profession. « Allons visiter le green » lui dit-il en refermant son ordinateur portable. Rester assis sur cette chaise longue lui était insupportable. Quitte à être ici autant profiter du terrain de golf. Il demanda à la réceptionniste deux tenues. Si Olli était magnifique dans cette robe, ce n'était pas vraiment une tenue appropriée pour le green. « Enfile-ça » lui dit-il en lui tendant la jupette blanche et le tee-shirt en jacquard. Ils prirent chacun la direction des cabines. Pablo aurait bien été tenté de voir Olli se déshabiller devant lui mais l'imagination de son corps nu le satisfaisait davantage.

_________________

- Baby, I'm preying on you tonight, hunt you down eat you alive, just like animals, animals, like animals-mals.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olli Zvonecek
You said memories become stories when we forget them.
avatar

Messages : 96
Credits : av/Freesia
Quote : "just like the wind i've always been"
Job : call girl.
Relationship status : can't fall in love

EVERYTHING ISN'T ENOUGH.
on/off: on. 1/3 [pablo]
Carnet d'adresses:

MessageSujet: Re: Lifestyle of the rich - w/Olli    Ven 5 Mai - 2:37

Alors qu'elle explique les raisons qui pourraient pousser d'éventuels riches à s'aventurer dans une ville telle que Sand Valley, elle sent le regard perçant de Pablo sur elle. Pour une fois, il ne semble pas détailler sa silhouette, mais bel et bien son visage, elle le sent. Mais elle ne laisse rien paraître. Elle ne le doit pas. Pourtant, elle aimerait tellement savoir à quoi il pense, à cet instant précis. Mais bien vite, son monologue touche à sa fin et cette fois, c'est à son tour de questionner Pablo, afin qu'il l'éclaire sur ce qu'il attend d'elle. « C'est à toi de travailler là-dessus je te rappelle » Elle hoche un sourcil audacieux, ne détournant pas le regard, prête à lui répondre que "si elle est mauvaise, cela serait mauvais pour lui également". Mais elle se retient. Elle n'a pas le temps, car il reprend rapidement la parole. « Mais je pense que tu as raison, la nouveauté est quelque chose à mettre en avant, ce que nous voulons ce n'est pas attirer ces vieux riches des hamptons qui ont déjà fondé leur royaume sur la côte est. Ce que je veux c'est m'attaquer aux nouveaux riches soit parce qu'ils ont touché le pactole récemment, soit parce qu'ils veulent se défaire de papa et maman. Ils viendront ici parce qu'ils voudront montrer qu'ils sont les rois, une façon d'exposer sa fortune et de se placer en haut de l'échelle. » L'entendre dire qu'elle a raison est plaisant à l'oreille, si bien qu'elle ne peut empêcher un sourire fier de se dessiner sur ses lèvres. Rapidement, elle comprend ses paroles. Les vieux riches ne sont pas les clients prioritaires que veut Pablo. « Si c'est une clientèle plus jeune que souhaitez, il vous faudra les.. » un instant, elle but sur le mot qu'elle cherche. Cela fait bien longtemps que cela ne lui ai pas arrivé. Sachant le mot dans sa langue natale, elle tente de retrouver le bon mot en anglais. Quelques secondes encore, lui sont nécessaires pour le trouver. « Les appâter, c'est le mot que je cherchais. Et je suppose que l'on sait tous comment convaincre ces jeunes messieurs?  » Elle hausse les épaules, tant la réponse est à ses yeux logiques. Les hommes sont assez simples à comprendre, pour la majorité et elle sait, tout comme lui certainement, que pour les attirer dans un endroit comme ici, il faut un personnel au physique avantageux. Elle sait que beaucoup d'hommes ne pensent qu'avec un organe de leur physique et ce n'est pas le cerveau. Un fantasme amélioré irréel est parfois bien plus efficace qu'une fade réalité. Et elle sait que Pablo est au courant, c'est un homme intelligent, qui même s'il laisse cette partie de son anatomie prendre le dessus parfois, sait également se servir de sa tête. Et comme souvent, leur sujet de conversation dévie ailleurs, vers eux, vers leurs relations que certains pourraient qualifier de malsaine. « Il n'y avait personne avant toi et il n'y aura personne après toi. Je voulais seulement garder un œil sur toi après t'avoir trouvé dans mon hôtel, histoire de m'assurer que tu ne recommencerai pas. » Cette réponse à le don de la faire sourire davantage. Garder un oeil sur elle, qu'il dit. Mais il a fait bien plus que ça. Il a abusé de son pouvoir, de la situation. Tout comme elle a profité des privilèges que lui offrait Pablo. Si elle peut paraître faible, Pablo a bien vite remarquer qu'il n'en était rien. L'adage qui dit qu'il faut se méfier des apparences n'a jamais été plus vrai lorsque l'on connaît un tant soit peu la jeune femme. Décidément, elle aimerait tellement ça, Olli, pouvoir savoir à quoi pense Pablo, comprendre ses pensées. Mais elle ne le peut pas et cela en est frustrant. Il est difficile pour elle d'admettre que si elle arrive généralement à cerner les gens avec facilité, elle n'y arrive tout simplement pas avec cet homme-là. Et elle déteste ça. « Allons visiter le green » Elle fronce les sourcils, peu sûre une nouvelle fois de le comprendre. Mais en le voyant se lever, elle ne peut que l'imiter. Il échange quelques mots avec une hôtesse présente et celle-ci ne tarde pas à revenir, avec des tenues dans les mains. Avec grâce et facilité, il lui tend celle qui lui est destiné, à elle. « Enfile-ça » qu'il lui lance, indiquant le chemin des vestiaires.  « Si j'ai un problème avec ma fermeture je n'ai qu'à crier, c'est ça? » qu'elle finit par lancer, pour masquer son anxiété. Elle est tentée de désobéir et de rester dans sa tenue actuelle. Mais elle l'a déjà vu énervé, Monsieur Dillon et cela l'a vite dissuadé d'être la cible de cette colère. Elle se contorsionne pour atteindre la fermeture puis se tortille pour que sa robe glisse le long de sa silhouette. Elle ne met pas longtemps à enfiler cette nouvelle tenue, qui lui semble ridicule. Elle plie avec délicatesse sa tenue, qu'elle décide de poser délicatement dans une des casiers disponibles. Quand elle se retourne, il est là, derrière elle, élégant, comme à son habitude. « J'espère que vous ne comptez pas me faire jouer au golf, parce que je vous le dit tout de suite, vous risquez d'être déçu. » En effet, si elle semble avoir certaines habilités, il y a des choses qui échappent à ses compétences. Comme siffler. Ou jouer au golf. « N'y avait-il plus de place au spa, pour que vous me traîniez ici? » qu'elle lance, soulevant un sourcil de curiosité.

_________________

----------------------------
You're the feel, I don't care cause I've never been so high follow me to the dark
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pablo Dillon

avatar

Messages : 125
Credits : av©hathaways / sign©mine
Quote : « Fuck me badly once, shame on you. Fuck me badly twice, shame on me »
Job : real estate developer
Relationship status : single

EVERYTHING ISN'T ENOUGH.
on/off: on (olli)
Carnet d'adresses:

MessageSujet: Re: Lifestyle of the rich - w/Olli    Dim 14 Mai - 16:11

« Si c'est une clientèle plus jeune que souhaitez, il vous faudra les.. » dit-elle en arrêtant brusquement sa phrase. Pablo fronce les sourcils, il en oublie parfois les origines de la jeune femme. Il faut dire que son accent n’est pas très prononcé. « Les appâter, c'est le mot que je cherchais. Et je suppose que l'on sait tous comment convaincre ces jeunes messieurs ? » reprit-elle avec une telle assurance. Apparemment ils étaient tous les deux d’accord sur la façon dont ils devaient aborder les choses avec les futurs clients. Olli est une femme qui sait se servir de ses atouts et elle sait aussi que ces derniers peuvent attirer de nombreux hommes. Les deux protagonistes semblaient être sur la même longueur d'onde. En faisant venir Olli au country club aujourd'hui, il espérait en apprendre davantage sur ses qualités d'assistante et sur la réflexion qu'elle pouvait avoir quant à sa mission principale. Le trentenaire était satisfait de voir qu'il avait fait le bon choix en lui proposant ce job malgré le fait que l'arménienne ne réponde plus à ses désirs sexuels lorsqu'il en a envie. « Si j'ai un problème avec ma fermeture je n'ai qu'à crier, c'est ça? » déclare-t-elle une fois qu'elle eu la tenue de golf dans les mains. Pablo pouffa légèrement suite à la remarque de la jeune femme un tantinet désinvolte. « Je suis sûr que Julia pourra t'aider » dit-il en se tournant vers la réceptionniste du green avec qui il échangea un regard complice. Olli ne semblait pas des plus à l'aise face à cette proposition et cela faisait plaisir au promoteur qui pour une fois, pourrait avoir le contrôle de la situation. Il regarde sa montre, Olli est plutôt longue à se changer, lui est déjà vêtu de son short et de sa chemise blanche qui porte son patronyme. Un petit « extra » qu'il s'est offert en même temps que ce country club. Elle finit finalement par sortir et si cette tenue est beaucoup moins sexy, elle est toujours aussi séduisante. Il ne peut s'empêcher d'observer son corps sans s'en cacher devant la réceptionniste. « J'espère que vous ne comptez pas me faire jouer au golf, parce que je vous le dit tout de suite, vous risquez d'être déçu. » un sourire s'étend sur le visage du porto ricain. Il est amusé à l'idée de voir la jeune femme se débrouiller sur le green. La mettre dans une position inconfortable il aime ça. « N'y avait-il plus de place au spa, pour que vous me traîniez ici ? » finit-elle par dire. « Je ne supporte pas de rester sans rien faire, on fait une partie de golf et après promis je te laisse profiter autant que tu veux du spa ! » dit-il en la regardant comme s'il attendait son approbation. Il se dirigea vers le premier trou du parcours. « Tu vas voir ce n'est pas bien compliqué » lâche-t-il en positionnant la balle et en réalisant son premier swing. Vint le tour d'Olli, il s'éloigna légèrement afin d'admirer la jeune femme. Il ne put s'empêcher d'émettre un rire sincère lorsqu'elle loupa la balle la première fois. Le golf semblait agacé la jeune femme. Il s'approcha d'elle. Posa ses mains sur ses hanches. L'assistante eut un mouvement de recul tout d'abord. « Je vais te montrer comment faire » rassura le promoteur. Il posa à nouveau ses mains sur les hanches d'Olli, un rapprochement qui fit monter la température sur le green. « Tout est dans le mouvement des hanches » lui dit-il. Il était presque contre la jeune femme, cette proximité le troubla. Il finit par se détacher afin de voir si ses conseils avaient porter leurs fruits.

_________________

- Baby, I'm preying on you tonight, hunt you down eat you alive, just like animals, animals, like animals-mals.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olli Zvonecek
You said memories become stories when we forget them.
avatar

Messages : 96
Credits : av/Freesia
Quote : "just like the wind i've always been"
Job : call girl.
Relationship status : can't fall in love

EVERYTHING ISN'T ENOUGH.
on/off: on. 1/3 [pablo]
Carnet d'adresses:

MessageSujet: Re: Lifestyle of the rich - w/Olli    Lun 15 Mai - 0:26

« Je suis sûr que Julia pourra t'aider. » À ses paroles provocatrices, il a répondu avec facilité, comme elle aurait pu s'en douter. À ces mots, elle ne peut s'empêcher son regard de se balader de la réceptionniste, à Pablo, ne cachant pas son froncement de sourcil face à leur échange de regards. Automatiquement, elle ne peut s'empêcher de se demander si elle ne lui prodigue pas plus que son service dans le country club. Elle secoue la tête, en les abandonnant pour aller se changer, ne trouvant rien à lui répondre, si ce n'est un grognement à peine audible. Une fois seule dans les vestiaires, elle jette un regard dédaigneux à cette tenue, bien trop blanche pour la jeune femme. Elle ne veut pas la mettre, vraiment. Mais elle finit par le faire et à rejoindre Pablo, à l'endroit même où elle l'a abandonné, quelques minutes plus tôt. Il s'est lui-même changé. Et il a l'air tout droit sorti d'un magazine, le genre de magazine où on fantasme légèrement sur tous les mannequins au physique avantageux, s'imaginant mentalement une histoire extraordinaire et bien loin de la réalité. Elle pourrait le faire, facilement. Mais elle ne s'attarde pas et le suit sur ce que les joueurs appellent le green. Elle le suit, lui sachant pertinemment où ils vont et elle, telle une gamine ingrate, traînant les pieds. Une fois sur place, elle ne peut s'empêcher de se plaindre, laissant sous-entendre qu'elle aurait tellement préféré aller au spa. « Je ne supporte pas de rester sans rien faire, on fait une partie de golf et après promis je te laisse profiter autant que tu veux du spa ! » Elle hausse un sourcil, face à cette proposition, mais finit par lui offrir un sourire radieux. « Pourtant, je suis sûre que cela ne vous ferait pas de mal... d'apprendre à rester sans rien faire. Mais j'accepte cette proposition. Une partie de golf et ensuite, le spa est à moi. » D'un coup, elle se sent beaucoup plus motivée à jouer à ce jeu dont elle ne sait rien, si ce n'est qu'il faut taper une balle et la mettre dans un trou. Rien de passionnant. Mais la récompense qui l'attend à la fin du parcours, la motive suffisamment pour qu'elle continue de suivre Pablo en silence. « Tu vas voir ce n'est pas bien compliqué » Elle inspire profondément, en haussant les épaules. Sachant pertinemment qu'elle va certainement détester les minutes qui la séparent d'un spa. « Ca c'est vous qui le dîtes.. » qu'elle dit sans grande conviction, peu convaincue quant à la suite des événements. Elle a du mal à comprendre le but de ce sport, en réalité et elle aimerait vraiment comprendre pourquoi Pablo a eu l'idée de la traîner ici. Elle le voit se positionner, son regard passant de la balle à l'endroit où il souhaite viser. Quand il se retourne vers elle, Olli comprend que c'est à son tour d'essayer. Peu sûre d'elle, certainement pour la première fois depuis des années, elle va se placer à l'endroit exact où se tenait Pablo quelques secondes avant. Elle essaie de l'imiter, tentant de reproduire les mêmes gestes qu'il a pu faire et qu'elle a admiré avec concentration. Et puis elle se lance. Et la balle s'enfuit. Où, la jeune femme ne saurait pas le dire, mais clairement, pas à l'endroit voulu si elle en croit le rire qui s'échappe de Pablo. Piquée, elle se retourne vivement, lui lançant un regard noir. « Ravie que mon échec vous amuse.. » qu'elle lance, ne le lâchant pas du regard. Puis elle se retourne, pour essayer de comprendre où elle a bien pu se louper. Et sans qu'elle ne s'y attende, elle sent les mains de Pablo sur ses hanches et par réflexe, elle a un mouvement de recul, se retournant légèrement pour savoir la raison de ce geste. « Je vais te montrer comment faire » Elle reprend sa position initiale et de nouveau, elle sent les mains de Pablo sur ses hanches et elle peut clairement sentir les pulsations de son coeur s'accélérer. Collés, l'un contre l'autre, elle peut sentir la puissance de son torse, sa respiration venir caresser la peau de son cou, l'odeur de son après rasage prendre position de ses narines. « Tout est dans le mouvement des hanches » Concentrée sur leur proximité, elle en oublie presque la raison de ce rapprochement. Il ne faut que la voix de Pablo, pour le lui rappeler. Et puis, plus rien. Il se détache, d'elle, lui laissant une sensation grisante de vide. Elle se contente de hocher la tête, pour lui répondre. Regard se baladant entre la balle et le trou, elle essaie d'imaginer la trajectoire qu'elle doit lui donner. Et quand elle le trouve, elle pense à son mouvement de bassin et elle tape la balle qui s'élance sans demander son reste. Et elle réussit. Sans qu'elle ne s'y attende, elle voit la balle rentrée dans le trou. Fière, elle explose de joie, se mettant à sautiller sur place, avant de se jeter au bras de Pablo, sans vraiment s'en rendre compte. Quand elle se détache, sans vraiment s'être rendu compte de son geste, elle ne peut s'empêcher de déclarer à voix haute sa joie. « J'ai réussi, j'ai réussi », à cet instant, elle ressemble vraiment à cette jeune adulte de 22 ans, qu'elle aurait dû être, si les choses avaient été différentes. « Vous êtes un excellent professeur, »qu'elle annonce, après s'être remise de ses émotions, ré-adoptant un comportement normal. Bien sûr, elle sait que ce qui vient de se passer, tient énormément de la chance que du talent, mais elle préfère penser autrement. « Maintenant que j'ai un peu près compris le fonctionnement, on pourrait peut-être rendre le jeu intéressant? », qu'elle annonce, dans un sourire malicieux, retrouvant son comportement normal. « Si je réussi de nouveau, vous répondez aux questions que je peux avoir ? » qu'elle ajoute, finalement, ne se dégonflant pas.

_________________

----------------------------
You're the feel, I don't care cause I've never been so high follow me to the dark
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pablo Dillon

avatar

Messages : 125
Credits : av©hathaways / sign©mine
Quote : « Fuck me badly once, shame on you. Fuck me badly twice, shame on me »
Job : real estate developer
Relationship status : single

EVERYTHING ISN'T ENOUGH.
on/off: on (olli)
Carnet d'adresses:

MessageSujet: Re: Lifestyle of the rich - w/Olli    Mer 24 Mai - 13:55

« Pourtant, je suis sûre que cela ne vous ferait pas de mal... d'apprendre à rester sans rien faire. Mais j'accepte cette proposition. Une partie de golf et ensuite, le spa est à moi. » dit Olli qui semble motivée à effectuer cette partie de golf rien que pour se rendre au spa. Il ne relève pas la remarque de la jeune femme, il ne supporte pas de rester sans rien faire et il ne va certainement pas changer maintenant. De toute façon avec toutes les nouvelles infrastructures qu’il a implantées à SV il ne risque pas de rester sans rien faire de sitôt. « Ca c'est vous qui le dîtes.. » lui fait-elle remarquer. Le brun ne peut s’empêcher de laisser apparaître un petit sourire en coin. Il adore la voir dans une position qui lui paraît peu confortable, sur ce green et avec cette partie de golf, il a le pouvoir. « Ravie que mon échec vous amuse.. » déclare-t-elle en le voyant rire. Elle n’est pas vraiment douée mais cela lui donne un charme fou se dit le portoricain. Lorsqu’il s’approche d’elle et qu’il pose ses mains sur ses hanches, il ne peut s’empêcher d’apprécier cette proximité. Si le but premier de se rapprochement était de lui apprendre à jouer, il ne manque pas de savourer ce moment. Elle a un corps parfait, un corps qu’il a rêvé plus d’une fois lorsqu’elle se mettait à genoux pour lui. Quand il se détache, la jeune femme retente sa chance. Il aime le fait qu’elle ne se laisse pas abattre par ce premier échec. Alors que la balle rentre dans le trou, Olli saute dans les bras de Pablo, un mouvement qui fait légèrement vaciller le promoteur. Il est surprit par son attitude qui est bien loin de la femme confiance et fatale qu’elle lui montre tous les jours. Plus encore, il n’a pas l’habitude de ce genre de démonstration d’affection. Il reste sans bouger lorsqu’elle s’accroche à lui mais effleure ses flancs lorsqu’elle redescend sur terre. « J'ai réussi, j'ai réussi » dit-elle comme une enfant. Le portoricain arbore un léger sourire, il est content pour elle et il doit dire qu’il ne s’attendait pas à ce qu’elle suive autant ses conseils. « Vous êtes un excellent professeur, » ajoute-t-elle. Un compliment qui ne peut que flatter l’égo du promoteur. « Maintenant que j'ai un peu près compris le fonctionnement, on pourrait peut-être rendre le jeu intéressant? » dit-elle en reprenant cette confiance qui finalement, ne l’a pas quittée très longtemps. « Si je réussi de nouveau, vous répondez aux questions que je peux avoir ? » finit-elle par dire. Pablo reste de marbre. Les jeux de ce genre ce n’est pas vraiment son truc. Il préfère de loin les jeux de stratégies tel que le poker. « Tu sais que tu n’as pas besoin d’un jeu pour me poser des questions ? » fait-il remarquer à la jeune femme. « Mais d’accord, pourquoi pas » finit-il par dire en haussant les épaules. Ils se dirigent tous les deux vers le deuxième trou du parcours. Pablo s’avance, swing et mets la balle en deux coups. « Bien entendu cela marche dans les deux sens alors je me permets de te poser la première question » dit Pablo. Hors de question qu’il se laisse balader par sa nouvelle assistante si elle devait lui poser des questions lui aussi tirerait avantage de la situation. « Qu’est ce qui t’as poussé à faire ce métier ? » demande-t-il. Une question qui lui brûlait les lèvres depuis qu’elle avait compris que la jeune femme n’était pas seulement un corps mais aussi une tête.

_________________

- Baby, I'm preying on you tonight, hunt you down eat you alive, just like animals, animals, like animals-mals.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Lifestyle of the rich - w/Olli    

Revenir en haut Aller en bas
 

Lifestyle of the rich - w/Olli

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
O R A N G E B L O S S O M F I E L D S :: SAND VALLEY, AZ :: temple heights :: tohono country club-